Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Applaudissements pour un art consommé de ne pas changer grand chose tout en en ayant l'air !

 

La douleur est une sensation éprouvante que la mémoire archive pour très longtemps. Son soulagement n'est en revanche que l'agréable mais très éphémère plaisir d'un retour à la normale. Il en va de la fiscalité comme des rages de dents. Ce qui fait mal a donc plus d'impact que ce qui fait du bien. De ce qui est dit dans l'étalage désordonné des éléments du budget que le gouvernement a récemment dévoilé, il est probable qu'individuellement, chaque citoyen éprouve l'amère sensation que tout recommence comme jadis. Tout cela parce la dépense publique reste coupablement incontrôlable et qu'en conséquence, il n'y a pas la moindre réduction de prélèvement qui ne soit compensée par une subtile hausse en parallèle, plutôt maladroitement dissimulée.

 

Mais faire passer pour positif ce qui ne l'est pas forcément se réalise assez facilement. Il suffit d'inverser les perspectives, ce que semblent savoir faire avec une certaine audace nos nouveaux décideurs. Ainsi, ils annoncent des prélèvements supplémentaires, en les accompagnant de compensations supposées généralisées mais, en fait, ciblées sur des catégories telles que la compensation se situe entre illusoire et totalement nulle. Et curieusement, rares sont les intervenants dans les médias ayant le réflexe de réagir devant des formules telles que celle-ci, concrètement entendue : "il y aura des crédits d'impôts pour les personnes non-imposables".

 

Pour le secteur de l'EGP-IT-numérique, tout cela n'est guère réjouissant. Car les catégories de consommateurs les plus aptes à dépenser, les classes moyennes, les vraies, ou les retraités généreusement dits "seniors"*, voire les retraités de… classes moyennes, non seulement ils vont passer à côté des prétendues compensations mais en revanche, ils peuvent s'attendre sérieusement à passer à la caisse. Pour le renouvellement du TV-LCD, du smartphone, ou de la tablette, pour vendre des petits ensemble de son Hi-Res, ce n'est pas gagné !

 

Dans cette grande farandole communicative, revient sur le devant de la scène, comme une autre perspective potentielle de compensation, le fantasme arrangé au goût du jour d'une harmonisation fiscale européenne. Curieusement mise en pleine lumière médiatique la veille –étrange coïncidence, non.?- de la révélation du budget lors d'annonces présidentielles pro-nouvelle Europe, cette harmonisation est évidemment aussi  impossible qu'inutile. Impossible parce qu'elle supposerait soit une baisse spectaculaire de nos prélèvements pour que ceux-ci retombent dans la moyenne, ce dont le pays n'a pas les moyens, soit une augmentation vertigineuse des taux de taxation chez nos voisins, qui ne se livreront probablement jamais à un tel exercice politiquement suicidaire, et sans objet puisqu'ils s'en sortent fort bien, en particulier pour l'emploi, avec leurs prélèvements actuels. Tandis que l'Hexagone continue de creuser son trou tout en préservant son rang de numéro un mondial des ponctions obligatoires. Que l'on nous pardonne cette chute : ces commentaires sont évidemment gratuits.

- RETOUR VERS TOUTES LES INFOS -

Tag(s) : #- Eco-conjoncture, #- C'est un avis

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :