Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives KELEREPUS

Repère révélateur de la relégation de l'EGP dans la morne monotonie des choses ordinaires...

 

L'électronique de loisirs a-t-elle déjà* perdu son statut de vedette de la consommation. Certes, les téléviseurs, le son, les smartphones, les ordinateurs, bref, tout ce petit monde d'équipements qui a tant émoustillé les chalands comme les équipes dans les enseignes durant des années sur la planète entière n'a pas disparu. Son marché ne s'est pas réduit à néant. Mais il est entré de plain pied dans les accessoires plutôt ordinaires de la vie quotidienne, ceux que tout individu possède (ou presque). En langage économique, il répond au doux mais cruel symptôme de la saturation. Il reste vendeur, mais plus comme aux grandes heures de son épanouissement. Et tout prouve que sa capacité à faire rêver s'est vertigineusement réduite. Sauf dans des familles plus confidentielles, et moins destinées à un très large public.

 

Tombés avec la régularité d'un métronome là où viennent se nicher les courriers les plus variés, les paquets de catalogues "BAL" (boîtes aux lettres**), apportent une démonstration vivante de cette descente des produits électroniques dans les profondeurs du hit-parade de ce qui fait s'éveiller les neurones casse-tirelires de la gent consommatrice. Avec méthode et assiduité, DVSM a archivé depuis plusieurs décennies de nombreux exemplaires glanés à toutes époques et dans toutes régions de cette littérature plus riche en informations qu'on oserait le soupçonner. Un archivage lourd de conséquences sur notre panoplie d'étagères, quelques syndromes lombaires et des frais d'amortisseurs lorsque les transports se multiplient.

 

Le verdict d'un examen attentif de cette collection est sans appel. Les brochures d'aujourd'hui, qui sont entrées profondément dans la crise et les nécessités d'économies, sont passées pour beaucoup et dans tous secteurs d'un papier couché brillant de bonne texture -le profane parle de papier glacé- à du recyclé bas de gamme si terne qu'on en pleurerait. Quand la moindre goutte de café traverse plusieurs pages, la preuve d'une surveillance nanométrique  des coûts est éclatante. L'électronique, qui était jadis richement installée aux premières pages, souvent même en couverture, se retrouve en fin de parcours, en général pour ne venter que quelques rares produits quasi bradés.

 

Ce qui constitue aussi un reflet de la santé financière et de la capacité à dépenser des fournisseurs. Car seul le public croit encore que les places dans ces brochures promotionnelles sont généreusement offertes par ceux qui les éditent.

Qui plus est, les équipements électroniques ont une particularité qui les différencie de beaucoup d'autres. Ils ont des noms, des références précises. La comparaison tarifaire est donc commode, en particulier sur les innombrables écrans du web. Il n'en va pas de même pour la tomate, récoltée dans le clair de nos terres ou le poireau du prochain carrefour. La mise en lumière d'un produit EGP dans un catalogue BAL revient à l'exposer immédiatement à une recherche frénétique de prix plus attractifs sur la toile de la part de nombreux consommateurs, avec toutes les tentations de rabotages d'étiquettes de la part des acteurs du e-commerce par l'odeur de la vente possible alléchés. Un malheur n'arrive jamais seul !

 

* Après plus d'un demi-siècle de vedettariat dans les points de vente, ce "déjà" est certainement excessif.

**Pub imprimée que de nombreux consommateurs refusent, ce que nous évoquions récemment ICI, à lire ou relire.

- RETOUR VERS TOUTES LES INFOS -

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- TOUT LE COMMERCE

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :