Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A propos du destin difficile des tablettes…

POURQUOI CE SUPERBE EQUIPEMENT EST-IL A LA PEINE PRÉMATURÉMENT ?

Industriellement, le concept était plutôt malin. La tablette était une sorte de gros smartphone, avec un écran nettement plus confortable, apte à s'adapter à mille et une tâches ou utilisations un peu trop à l'étroit sur un écran de 4 ou 5 pouces. Mais, comme cela se dit familièrement, ça coince ! Tout d'abord, comme le constatent bien des analystes, parce que la multiplication des concepts plus ou moins intermédiaires à sérieusement fait éclater le périmètre de la cible. Les phablettes, à mi-chemin entre smartphones et tablettes, ont été décrites comme le résultat d'une superbe et lumineuse idée. Voire ! C'est aussi (on est "commerçant" –au sens large- ou pas…) surtout le produit qui permet de ne réaliser qu'une seule vente là où deux auraient été possibles, en restant dans une offre de deux équipements bien différenciés.

Ainsi concurrencée par le bas, la tablette a également à affronter une concurrence par le haut, avec les appareils qui se font à la fois petits notebooks et tablettes. Ce qui ne facilite pas l'organisation des rayons, où l'offre est toujours mieux comprise des chalands quand les familles y sont bien distinctes.

Toutefois, au-delà de cette palette déjà redoutable, d'autres éléments plus insidieux s'unissent pour une diffusion désormais plus mesurée des tablettes. Mobile, certes, mais moins que le smartphone, la tablette est aussi d'un usage un peu plus occasionnel. L'utilisateur ne la glisse pas dans sa poche, et il ne la prend pas en main aussi souvent que son téléphone mobile. Cet usage moins intensif se heurte à une volonté de renouvellement plus modérée, d'autant que, rarement dotée d'une carte SIM, elle ne profite pas de l'influence des évolutions des standards de télécommunications (3G, 4G, bientôt 5G…) hautement médiatisés. Autant de facteurs qui indiquent peut-être que l'industrie à cru à des vies du produit plus courtes qu'elles ne se révèlent dans la réalité. Manifester de l'étonnement en voyant les perspectives anxiogènes des Gartner et autres IDC s'enchaîner n'est donc pas justifié. Il fallait s'y attendre.

Qui plus est, il y a "l'ambiance" qui plaide pour ce qui est durable. S'il existe des équipements numériques qui ont suscité des rythmes de renouvellement élevés, il y a bien des chances de voir cette spécificité s'émousser. Les consommateurs gardent leurs voitures plus longtemps (en quelques années, l'âge moyen du parc est passé de 7 ans à 8,5 ans). Le durable s'étend à de nombreux domaines et ça tombe bien, puisque les ressources disponibles des ménages et des individus, fortement émoussées par des dépenses incontournables, sont utilisées avec méticulosité, l'avenir incertain incitant à une réelle prudence. L'heure est aux économies, et le sentiment de n'avoir pas encore assez usé une tablette qui, en général, est moins ancienne que bien d'autres équipements, plaide en faveur d'un nouvel achat dans un futur encore indéfini. En clair, la tablette attendra.

RETOUR A TOUTES LES INFOS

Tag(s) : #- C'est un avis

Partager cet article

Repost 0