Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le pays se serait-il laissé enfermer dans la nasse…? Sans qu'il ne soit sorti des menaces virales, s'ajoutent celles liées à un grippage économique en passe de se généraliser. L'avenir proche est périlleusement ballotté entre des urgences que les milieux concernés semblent ne percevoir que partiellement.

- DVSM, 11 octobre 2020. - L'HUMEUR DU JOUR -   Quand un bar est fermé, ses fournisseurs ne lui livrent plus rien. Quand les bars sont fermés, plus un fournisseur ne livre rien à personne et dès lors, chauffeurs et se magasiniers se trouvent de fait au chômage. Ce maillon d'une chaîne entre métiers que l'on imagine fort bien, à son tour, ne programme aucun achat auprès de ses sources d'approvisionnement. Les livreurs réduits à l'inaction laissent leurs camionnettes au repos, et c'est autant de kilomètres non parcourus, autrement dit d'entretien de véhicules qui se fige. Alors que les rangs des intervenants réduits à ne rien faire s'allongent, ce sont autant de ménages, leurs ménages qui, par prudence, ralentissent les emplettes, on ne sait jamais. Pas question de partir en vacances, ni même en week-end. Congés d'automne ou non, on reste à la maison. Trains, avions, hôtels en subissent les conséquences. Les fleuristes aussi, ou bien parce que, la visite chez des amis se fera une autre fois, point de bouquet à offrir, ou bien pour une fois, les chrysanthèmes sur les sépultures passeront leur tour. En médecine, il s'appellerait "contagion". C'est cet engrenage que certains ont du mal à percevoir, loin des réalités. Comme ce donneur de leçons qui, tout sourire, au beau milieu d'un de ces innombrables débats, qui explique que si les bars sont fermés, "ce n'est pas bien grave".

Le mécanisme de grippage majeur est en marche. L'effet domino peut être encore mieux compris lorsque l'on songe à la rapide chute allant d'une pièce à sa voisine dans les alignements géants que des passionnés préparent, avec effets très spectaculaires. Un temps non négligeable est nécessaire pour que tous les dominos de toutes les branches de la construction tombent, sans que rien n'en puisse arrêter la chute. Et l'ampleur du mécanisme apparaît clairement dès que l'on imagine les heures que prendrait un travail consistant à pour tout remettre en place. Difficile de savoir, de la circulation du virus ou de la propagation du désastre économique, lequel est le plus rapide. Si le virus reste dans le domaine de l'ignorance, les phénomènes économiques sont en revanche vite et concrètement chiffrables. Ce qui, bien sûr, ne fait pas apparaître la moindre stratégie miracle. A ce rythme, la suite risque d'être cataclysmique. Nous en sommes là. Y.D.

 

Tag(s) : #- A LA UNE, #- L'humeur du jour...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :