Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

En quelques semaines, le virus qui ne faisait presque plus de victimes redevient cet agent pathogène tant redouté, annonçant une possible nouvelle vague peut-être plus redoutable pour l'économie que pour la santé.

 

- DVSM, 11 août 2020. Et la pression monte encore ! Si la crainte des contagions est bien la plus présente, ce sont les suites sous forme de conséquences économiques qui doivent désormais susciter des inquiétudes renforcées. La tendance à une prise en compte très variable des nécessités de précautions élémentaires pousse, en France comme dans la plupart des pays, à un renforcement des mesures réglementaires, tant pour les distances minimales de sécurité que pour le port du masque. Qui plus est, la perspective encore très floue de l'arrivée d'un vaccin (ou de plusieurs) n'empêche pas de considérer la pandémie non plus comme un passage transitoire, mais bel et bien comme une situation appelée à se prolonger. En Asie, où la culture du port du masque est largement ancrée dans les populations, les avertissements se multiplient dans les médias. Même si un vaccin est mis à la disposition de la population, préviennent les gazettes, cette protection du visage sera de toute façon à conserver encore longtemps, non seulement en raison du temps nécessaire pour fournir assez de doses pour protéger une fraction majoritaire des individus, mais aussi pour s'assurer d'une immunité réellement acquise (Et encore, n'est même pas évoquée la durabilité de cette protection, plusieurs mois, plusieurs années...? Aucun vaccin n'ayant des effets sans limite dans le temps).

 

Dans ce contexte, il apparaît d'ores et déjà compliqué de revenir rapidement à une activité commerciale "normale", la cadence actuelle, pourtant modérée, ne tenant elle-même qu'à un fil. En effet, la menace de dispositions entraînant un nouveau ralentissement est bien réelle. A quelques semaines du départ du Tour de France, l'OMS vient d'indiquer voir d'un œil inquiet la poursuite de l'organisation d'épreuves sportives ou d'événements faisant converger des milliers de personnes. La décision de recourir à une édition (retardée) des 24 Heures du Mans sans public est un symbole. Les transmissions contractées dans les équipes professionnelles du foot constituent un autre indice faisant froid dans le dos. La seconde vague, "hautement probable", selon le Conseil scientifique, ajoute son pesant d'incertitude sur le dernier quadrimestre de 2020. Tous dans la nasse…?

 

 

Tag(s) : #- A la Une, #- A cause du virus...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :