Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Comment éviter de prendre le monde du commerce pour une machine à rançonner les clients ?

 

La marge ! Ou plus exactement, "marge des distributeurs"... L'expression est désormais d'un usage courant. Un peu trop, même. Placée au milieu d'une trajectoire qui arrive au niveau du consommateur après être partie d'un producteur ou d'un fournisseur -qui, lui, est à l'évidence pas assez rémunéré-, elle a tendance à passer pour une ponction non justifiée qui rend le produit horriblement cher. En somme, une étape qui plonge dans la misère le producteur et détruit à elle seule la capacité à consommer de nos semblables. C'est surtout sur les denrées alimentaires que le symptôme se manifeste, mais il affecte aussi d'autres lignes, dans lesquelles les biens durables et produits techniques ne sont pas oubliés.

 

Le quotidien "Le Parisien" donne dans un joli schéma (notre photo) sur le coût de la viande l'exemple de l'un de ces raccourcis qui n'est pas forcément bien compris du public. Ce dernier, qui n'est en général pas du monde du commerce, peut facilement déduire de cette vision que la marge ainsi évoquée n'est autre qu'une manière pour les enseignes de se mettre de l'argent dans la poche, se moquant aussi bien des soucis à la production que des conséquences en termes de pouvoir d'achat.

 

Ce qui ne signifie nullement que le croquis de notre confrère quotidien soit faux, ou tendancieux. Il illustre une stricte réalité. La part de la distribution dans un prix "sortie de caisse" n'est jamais négligeable. Mais elle ne correspond pourtant pas à une sorte de prélèvement arbitraire. L'activité de distribution elle-même coûte cher, et ce coût n'a cessé de s'amplifier au fil des ans. Les fournisseurs ont dû répercuter leurs propres contraintes financières. Celles liées au coût du travail, dont chacun sait qu'il est l'un des plus élevés sur notre territoire. Pareil pour les contraintes liées au renchérissement de certaines matières premières et de l'énergie. Les enseignes ont les mêmes problématiques dont, en France, un coût de l'immobilier commercial exorbitant. Les consommateurs eux-mêmes imposent des impératifs sans en être toujours conscients. Alors que l'été dispense ses bouffées de chaleur, rares sont les clients qui accepteraient de se rendre dans un centre commercial sans conditionnement d'air. Et les effets d'une concurrence sans doute pas assez structurée au niveau européen (notamment pour l'alimentaire) ajoutent de réelles notes difficilement acceptables à bien des niveaux.

 

Toutefois, et en résumé, il serait important pour tout narrateur ou commentateur de la vie quotidienne de ne pas tomber dans le manque d'un minimum d'explication ou du rappel que cette "marge des distributeurs" n'est pas le bilan d'un comportement parfois qualifié de salopard, mais celui d'une réalité économique incontournable.

 

RETOUR VERS TOUTES LES INFOS

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- C'est un avis

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :