Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

100 ans, la radio...? Pourquoi pas... Toutefois, souffler 100 bougies parce qu'un concert fut transmis depuis la Tour Eiffel en 1921 masque sans doute la relative insipidité d'une part de ce qui s'écoute à présent sur certaines ondes. 

- DVSM, 3 juin 2021. L'un des dossiers qui anime souvent le petit univers de ce que plus personne n'appelle la TSF tourne autour d'une problématique et potentielle migration vers une transmission numérique terrestre. Un tweet diffusé ce matin par Pascale Clark, dans lequel elle indique qu'Europe-1 ne renouvelle pas son contrat (sans véritable raison) paraît bien plus préoccupant.D'où cette blogueuse réaction. Avant de savoir si les ondes sont ou seront numériques, peut-être serait-il prioritaire de savoir ce que l'on y place. Pour cette station qui doucement dérive au fil des ans, l'histoire n'est pas anodine. Elle fut en effet, au cœur des années 1950, LA radio du baby-boom, qui s'est imposée face à une concurrence au style alors vieillissant, qui ne cherchait peut-être qu'à renouer avec les ambiances d'avant-guerre. Elle s'était alors imposée par une arme redoutable, un ton radicalement novateur. Celui-ci fut porté et symbolisé par des voix dont beaucoup nous ont quitté, mais qui évoquent encore bien des souvenirs pour de nombreux papy-boomers (et d'autres plus jeunes). Des flashs d'André Arnaud toutes les heures (une innovation) aux dialogues entre Jean Gorini et ses auditeurs au téléphone (autre innovation), de la voix calme de Daniel Filipacchi conduisant Salut les Copains (inutile de souligner la facette historique) aux exposés survoltés d'Albert Ducrocq, journaliste scientifique maison ayant fait vivre la conquête de la lune, des prévisions météo assez souvent vérifiées d'Albert Simon aux jeux animés par les joyeux lurons de la bande à Bellemare et des frères Rouland, quel tourbillon...! (Autant de noms qui ne disent rien aux  jeunes ou relativement jeunes générations.) Certes, le temps et la vie passent, imposant des renouvellements. Lesquels furent longtemps fort réussis, avec de nouveaux venus (au hasard, Guillaume Durand -toujours sur des ondes bien suivies- et quelques autres, dont Pascale Clark), ont assuré avec bonheur cette relève. Et puis, la radio est devenue une sorte de grand tourbillon. Passant d'un station à une autre, les voix ne symbolisent plus la moindre enseigne. On se les passe et on se les repasse. Sans doute pour l'audience vue par ses scores. Certaines, comme celle d'Yves Calvi (ce n'est qu'un exemple, en rien dirigé d'une manière hostile envers ce confrère) les ont "toutes faites", Europe, France Inter, RTL...

Il est vrai que l'avènement des radios dites "libres", dès les années 1980, a aussi disloqué cet univers (et les structures d'audiences). Après quelques années, les stations se sont retrouvées ciblées. Avec des radios "jeunes", que n'écoutent pas les moins jeunes, et des radios moins jeunes, que n'écoutent pas le jeunes. Dans ce schéma on ne plus simplifié, les grandes généralistes ont perdu de leur superbe, et les transactions en cours (vente de RTL avec M6) pourraient encore rebattre les cartes. Il n'est bien entendu pas question de souhaiter faire revivre un passé révolu. Point de nostalgie. Mais de souligner que pour la radio, le premier des ingrédients incontournables reste une nette différenciation face à la concurrence. Elle existe d'ailleurs en partie. Pour ce qui n'est plus la TSF, ces ingrédients sont bel et bien ce que l'auditeur entend. La voix, le ton...

Quant aux 100 ans, tout se discute. Entre les expériences et démonstrations dont certaines remontent à la fin du siècle précédent, il existe pas mal de dates et moments pouvant justifier l'acquisition d'un opulent gâteau surmonté de nombreuses bougies. Dont, par exemple, des émissions régulières diffusées en Belgique, depuis Laeken (aujourd'hui quartier de Bruxelles), en 1914. Il est vrai qu'en cette triste année, les esprits ne songeaient guère à écouter une radio embryonnaire.

-- RETROUVER ICI LES PRINCIPAUX CHIFFRES DU MARCHE EN 2020 -- 

 

 

A propos : le blog DVSM, Distribution, Ventes & Services Magazine™ est le plus ancien outil d'information dédié exclusivement aux professionnels de la distribution des équipements et des services de loisirs électroniques et numériques. Fondé en 1979 sous le titre "Vente", et ayant adopté le nouveau titre DVSM à l'occasion de l'an 2000 (auparavant, Vente Electronique, Vente Informatique, etc.). Actualité, analyses, documents s'y retrouvent sous la forme de ce blog sans publicité. Réagir, nous contacter : dvsm.edition@orange.fr . 

Tag(s) : #- A LA UNE, #- TV-Radios-Medias-Net
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :