Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A l'heure où les recherches d'alternatives énergétiques économisant les réserves naturelles et ne rejetant rien de trop nocif dans l'atmosphère semblent plus actives que jamais, des solutions que les imaginations pourraient faire émerger devraient être et pointe. En dépit d'inerties "intéressées", le changement s'invite discrètement dans l'histoire.

- DVSM, 14 mai 2021. Il n'est pas pertinent de parler de collusion consciente. Mais d'une prudence silencieuse et consensuelle, oh que si...! Dans le but de ne surtout pas réveiller des ardeurs qui bouleverseraient probablement bien des équilibres. Pourtant, d'autres moyen énergétiques capables d'animer des motorisations, de faire fonctionner des chauffages, de faire jaillir la lumière et même d'alimenter certains moyens de transport existent ou pourraient vite émerger si la bride bloquant de fait les inventivités individuelles et collectives était lâchée. Le danger est bien là, se manifestant en priorité pour protéger de colossales et vitales recettes fiscales. Assez discrètement évoqué pour ce qui concerne l'automobile électrique, le risque somnole, mais se révèle dans toute son ampleur sous l'effet de la moindre analyse sérieuse de la suite de l'aventure routière. Les taxes sur les produits pétroliers pèsent tant dans l'économie de l'Etat qu'il sera impossible d'éviter à moyen terme une lourde correction, du fait des taxes perdues dans un parc électrifié peu imposé (voire subventionné), changement de cap inévitablement dans des proportions significatives. En clair, l'électricité pour l'automobile devrait voir ses tarifs exploser quand il sera question de compenser ce qui sera perdu à la pompe de super ou de gazole.

Rassurons-nous, il sera difficile d'échapper à cette ponction, qui s'organise dans des stratégies allant au-delà de l'automobile, si discrètes qu'on pourrait les qualifier de sournoises. Par exemple, les orientations visant à éliminer les logements énergétiquement peu performants devrait se traduire par l'adoption de pompes à chaleur qui, si elles sont d'un excellent rendement, n'en sont pas moins animées par de l'électricité, que seuls quelques entités peuvent fournir aux consommateurs. Donc, plus de clients, de plus en plus captifs. Parallèlement, le chauffage au bois, qui connaît une forte progression depuis quelques années, est sous la menace. A cause de l'excellente excuse des particules fines qu'il expédie dans l'atmosphère, des textes législatifs sont en attente, visant à en réduire à relativement court terme son utilisation de 50%, en attendant mieux. Derrière le lâcher de particules dont on l'accuse, se dissimulent à peine les nombreux ruraux qui se réchauffent avec du bois trouvé à proximité, parfois gratuitement, et surtout, sans aucune taxation. 

Il reste en effet que les services fiscaux (français comme beaucoup d'autres) trouvent aussi des alliés de circonstance, capables de se faire aussi discrets que Bercy et ses semblables. Car, des solutions qui pourraient être développées dans un monde libre de l'énergie (qui ne peut se limiter aux ressources fossiles et au transport énergétique par liaisons électriques), s'évaderaient aussi des marchés. Toutes les "entités" qui participent à la vente de ce qui permet d'activer ce qui doit l'être ont de bonnes raisons de marcher dans un sens homogène. Compagnies pétrolières en tête, elles qui, dans un monde assommé par les mesures sanitaires, ont réussi à faire grimper leurs barèmes alors que transports et industries, notamment en occident, mettaient un genou à terre.

Textes législatifs ? Nous y voilà. Pour l'heure, dans l'Hexagone, produire son électricité soi-même est possible mais les règles bougent. Signe des temps, cette amorce de transformation se ressent très officiellement dans l'introduction il y a un mois d'un dossier consultable ICI, et qui dit que : "L’autoconsommation peut se définir comme le fait de consommer sa propre production d’électricité. Avec la baisse des coûts de production des installations d’électricité à partir de sources renouvelables et la hausse concomitante du prix de détail de l’électricité, c’est une pratique qui est amenée à se développer fortement." Nous sommes encore loin de ce qui pourrait s'exprimer par une liberté totale de s'auto produire. 

-- RETROUVER ICI LES PRINCIPAUX CHIFFRES DU MARCHE EN 2020 -- 

 

 

A propos : le blog DVSM, Distribution, Ventes & Services Magazine™ est le plus ancien outil d'information dédié exclusivement aux professionnels de la distribution des équipements et des services de loisirs électroniques et numériques. Fondé en 1979 sous le titre "Vente", et ayant adopté le nouveau titre DVSM à l'occasion de l'an 2000 (auparavant, Vente Electronique, Vente Informatique, etc.). Actualité, analyses, documents s'y retrouvent sous la forme de ce blog sans publicité. Réagir, nous contacter : dvsm.edition@orange.fr . 

Tag(s) : #- A LA UNE, #- Energies
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :