Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jusqu'où ira le e-commerce…? Cette question mêle plusieurs notions, allant de la froide évaluation des parts de marché pour les pros à l'évocation d'un style de vie pour les individus, plaisir du shopping en figure de proue.

- DVSM, 17 mars 2021. Très curieusement, la période pandémique traversée depuis un an n'aurait pas autant qu'on l'imaginait dopé les scores du commerce en ligne. C'est ce qui apparaît à la lecture de certaines statistiques sur lesquelles nous aurons l'occasion de revenir plus en détail. Pour l'heure, contentons-nous d'observer ce qui s'est produits en 2020 aux USA, où le numérique est plus répandu et mieux intégré dans le quotidien que sur le Vieux Continent. Au Pays de l'Oncle Tom, l'informatique, mère de toute la génération "internautisée" a non seulement bénéficié d'une industrie pionnière sur son propre territoire, mais de plus, de moyens et usages innovants qui se véhiculaient dans la langue de Shakespeare, celle de la rue*. Or, dans les dépenses des consommateurs, qui ont frôlé les 5.000 milliards de dollars, les sommes recueillies par les enseignes en ligne n'ont pas dépassé 15% de ce total. Sur 100 billets verts que les chalands abandonnent dans des achats, plus de 85 passent par une "sortie caisses" classiquement physique. De cette simple évaluation, un enseignement peut être tiré. Animant les gazettes et se faisant conquérant depuis désormais plus d'une décennie, le "on-line" n'est rien de plus qu'un créneau de distribution, plus consistant que le fut la classique VPC fonctionnant grâce au duo catalogue papier + circuits de livraisons, mais qui ne dominera probablement jamais l'ensemble des ventes au public tous produits confondus, et restera même, tout aussi probablement, cantonné dans des parts de marché parmi les autres. La question qui en revanche désormais s'impose : peut-il encore beaucoup progresser…? Ce qui peut aussi s'exprimer d'une autre manière : les investissements substantiels de certains géants de ce mode de distribution sont-ils des chimères à hauts risques (financiers)…?

* Une part énorme des difficultés d'approche du numérique par nos concitoyens provient de l'utilisation d'une langue qui n'est pas la leur. A la différence des anglo-saxons, pour lesquels les termes utilisés ont, depuis les débuts de la micro jusqu'à nos jours, une signification concrète et immédiate.  

 

 

 

 

 

 

A propos : le blog DVSM, Distribution, Ventes & Services Magazine™ est le plus ancien outil d'information dédié exclusivement aux professionnels de la distribution des équipements et des services de loisirs électroniques et numériques. Fondé en 1979 sous le titre "Vente", et ayant adopté le nouveau titre DVSM à l'occasion de l'an 2000 (auparavant, Vente Electronique, Vente Informatique, etc.). Actualité, analyses, documents s'y retrouvent sous la forme de ce blog sans publicité. Réagir, nous contacter : dvsm.edition@orange.fr . 

Tag(s) : #- A LA UNE, #- TOUT LE COMMERCE
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :