Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'électronique et le numérique  qui changent la vie…? Oui, mais moins qu'on l'imagine. Vous faites quoi ce soir, après le dîner…?

- DVSM, 29 décembre 2020.

- Derniers jours de la seconde décennie du nouveau siècle*. L'an 2000, qui fut longtemps le symbole d'un futur proche de la science-fiction, est déjà un presque lointain souvenir du passé. Au point qu'on en oublierait vite dans quelles conditions "préhistoriques" vivait le commun des mortels (occidentaux) en cette année mémorable. Pas d'écran plat de télévision, pas de haute définition, pas de smartphone, pas de tablette, pas (ou à peine) de DVD, pas de réseaux sociaux, pas de streaming, pas de haut débit, pas d'appareil photo numérique (enfin, à peine et si rudimentaires), presque pas de commerce en ligne… On ne compte plus ce qui est du domaine de la routine, voire même déjà sur la pente descendante et qui, en ce changement de siècle ressemblait à une corne d'abondance technique se déversant sur le quotidien de tout quidam. Le tout bercé aux sons des premières d'industriels montrant à bout de bras à des parterres de journalistes médusés ce qui allait "changer la vie". Ouais… enfin…

C'était oublier que, derrière ces promesses, de dissimulait une autre manière de vivre au jour le jour. Une manière déjà fort moderne. Alors, faut-il remonter encore 20 ans plus tôt pour mieux percevoir des changements dans cette ritournelle des usages…? Hélas, attention aux déceptions, mais aussi, rassurons-nous, aucun séisme à l'envers. Rien d'aussi fondamentalement… fondamental ne change alors véritablement, même si les prouesses des électrons ne cessent de se glisser dans le décor. En 1980, en allant ou revenant du travail en voiture, on écoute l'autoradio, musique ou infos. Avec les moyens de transports, c'est plutôt musique, avec ce baladeur qui doucement s'installe dans les panoplies. Le soir, après le repas, on regarde la télé, un film ou une grande émission, ou déjà, sur un magnétoscope. Mais ensuite, au lit, demin, on travaille...!  

Car ce sont les "trois 8", très schématiquement, qui rythment 24 heures de vie. C'est le couple terre et soleil qui en ont décidé ainsi, pas les industriels, pas le gouvernement, pas les gafas. Comptez 8 heures de sommeil, 8 heures de boulot, le reste des autres 8 heures dispensé entre la vie privée, un peu le matin, un peu le soir. Ce qui fait 24, immuable, technologiquement. Un découpage qui, en 2020, n'a guère changé. Il serait même possible de grossièrement superposer ces moments journaliers à travers les âges, la technique ne faisant que se glisser là où elle le peut. Dans les années 50, avant que le téléviseur ait fait son entrée dans les ménages, le soir, nombreux étaient ceux qui écoutaient la radio, qui diffusait des émissions auxquelles la petite lucarne n'a fait qu'ajouter l'image**. Révolutionnaire, fantastique, mais pas au point de changer cette réalité qui fait qu'au-delà d'une certaine heure, il faut aller prendre du repos, en prévision du labeur de ce demain qui n'est pas forcément un autre jour. Dès la fin des années 50, puis dans les "sixties", succédant aux lourds 78 tours, les "yéyés" ont fait irruption sur les électrophones. Oui, mais on ne copiait pas la musique… Et bien si…!*** Pauvres ayants droits, déjà menacés…!  

A l'aube de cette troisième décennie du 21ème siècle (de notre ère), si de nombreux nouveaux usages ont fait irruption, notamment dans les moyens de communication entre individus, il se pourrait qu'en allant au travail en voiture, la radio soit toujours très écoutée (Médiamétrie ne le dément pas), et que le soir, après avoir pris un repas classique, nombreux sont ceux qui, sur leur canapé, regardent un film, ou une grande émission. A moins que, faute de trouver un programme TV à leur goût, ils optent pour… toujours un film ou un contenu "qui se regarde", via une plateforme de streaming, ou simplement sur YouTube, mais sans oublier l'heure d'aller s'abandonner dans les bras de Morphée. La routine quasi éternelle… Message aux promoteurs de cette 5G déjà médiatiquement malmenée : le débit risque de ne pas suffire à tout changer. Il faudra des usages assez novateurs et motivants pour qu'ils parviennent à en bousculer d'autres, déjà en place dans nos 2 tours d'horloge solidement installés. 

* Tout comme l'an 2000 était la dernière année du XXème siècle, et non la première du XXIème, puisqu'il n'y a pas d'année "zéro".

** Emissions de jeux, reportages, dramatiques, feuilletons, dont les anciens se souviennent forcément, de la Famille Duraton au Quitte ou double, des matches de football commentés en haut débit (verbal) à la TSF le dimanche au Crochet Radiophonique, jeu concours où quelques Français cherchaient à démontrer qu'ils possédaient un incroyable talent. Sans oublier les Maîtres du Mystère, un policier aux moyens immenses, puisqu'en l'absence de l'image, aucun souci de budget ne s'interpose pour éventuellement s'octroyer la présence de milliers de figurants…

*** Au moins chez ceux qui avaient repéré un micro-succès d'une filiale de Thomson, la platine MA109, qui permet à ceux qui n'ont pas les moyens de s'offrir un magnétophone du commerce de s'en constituer un à bon compte. Une aubaine pour les flots d'ados qui vont être dirigés vers de prometteuses études d'électronique, "LA" filière à suivre, d'avenir à l'évidence.    

 

 

A propos : le blog DVSM, Distribution, Ventes & Services Magazine™ est le plus ancien outil d'information dédié exclusivement aux professionnels de la distribution des équipements et des services de loisirs électroniques et numériques. Fondé en 1979 sous le titre "Vente", et ayant adopté le nouveau titre DVSM à l'occasion de l'an 2000 (auparavant, Vente Electronique, Vente Informatique, etc.). Actualité, analyses, documents s'y retrouvent sous la forme de ce blog sans publicité. Réagir, nous contacter : dvsm.edition@orange.fr . 

 

Tag(s) : #- A LA UNE, #- DEMANDE RÉFLEXION !
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :