Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il y avait les mesures barrières, il y aura tôt ou tard des mesures "lumière".  Il faut cependant gérer des rayonnements particulièrement nocifs.

- DVSM, 14 décembre 2020. "Tu ne tueras point" suggère la plus élémentaire morale, corrigée militairement par "sauf l'ennemi". En cette époque sanitairement perturbée, l'ennemi est un virus. Un indésirable qu'il faudra sans doute se résoudre à aller chercher, "pour le buter", formule à la Michel Audiard, et cela "jusque dans les chiottes…!" selon une expression chère à un certain Poutine. Depuis longtemps, les propriétés des rayons ultra-violets (non filtrés) pour éliminer ce genre de micro-organismes contaminants sont connues. Mais peu utilisées, notamment parce que ces rayons sont très dangereux. Il est hors de question de pouvoir les émettre là où des individus pourraient y être exposés. En revanche, dans un espace isolé, leur effet est tel qu'il devrait être exploité, non seulement pour le coronavirus, mais pour d'autres micro-organismes pouvant colporter des infections.

A l'aéroport d'Osaka, c'est ce rayonnement qui est expérimentalement adopté pour les chariots mis à la disposition des passagers pour transporter leurs bagages, lesquels ressemblent aux chariots des magasins. Ces accessoires roulants sont placés dans une sorte de couloir isolé, et exposés quelques minutes de manière à obtenir une désinfection simultanée satisfaisante sur un petit groupe d'éléments, en seulement quelques minutes. Comment résister à l'idée qui ne peut que découler de cet exemple...? Il ne serait en effet pas très compliqué de convertir un tel dispositif pour désinfecter l'intégralité des parcs de chariots du commerce afin qu'ils soient proposés non contaminants à la clientèle*L'initiative prise à Osaka vient compléter des utilisations des UV déjà courantes en Asie, et peut-être est-il dommage que sur notre sol, cet élément de protection ne semble pas même faire réellement l'objet d'au moins quelques projets.

* Ce qui supposerait aussi que soit tiré un trait sur les stockages sous abris sommaires bien connus, dont certains sont dans des états parfois lamentable, bien peu en rapport avec le niveau minimal de correction que supposerait l'accueil des chalands dans des établissements modernes et attentifs à leur image.

 

 

Tag(s) : #- A LA UNE, #- A cause du virus...
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :