Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Osée, cette position, voire incorrecte, et même impertinente…?  Et du reste, quels liens relient ce sujet brûlant avec les filières industrielles et les marchés du numérique…?  

L'humeur du jour, par Yves Dupré - DVSM, 15 novembre 2020. Les "scientifiques" et ceux qui rapportent leurs propos semblent unanimes. Il n'y aurait que de mauvaises conséquences à ce phénomène du réchauffement. D'ailleurs, celui-ci est-il bien réel…? La pénible mésaventure du coronavirus nous démontre depuis des mois qu'entre experts, scientifiques et publications du même tonneau, l'unanimité est un leurre. En serait-il différemment pour le climat que pour les virus…?* Et voilà soudain un fait relevé qui tend à aller dans une direction différente de ce qui est devenu politiquement correct.

"Avec le réchauffement climatique et l’évolution des pratiques, les vins de Bourgogne n’ont jamais été aussi bons" soulignait il y a quelques jours le quotidien Les Echos (photo). Passons aux aveux. J’ai un indécrottable esprit de contradiction. Toutefois, pas dans n’importe quel sens, toujours, selon mon sentiment, vers le positif. Soyons clair, j’ai un doute à propos du tourbillon de ce qui s’explique, se raconte, se démontre, se prouve à propos du réchauffement et de ses causes. Climato sceptique…? J’accepte ce raccourci à condition qu’il ne soit pas utilisé d’une manière insultante à mon endroit. Sinon, contentez-vous de climato-interrogatif. Se poser des questions, ce n'est pas de la rébellion, après tout…! Et se faire une opinion, pas davantage.**

A force de n’entendre que des descriptions apocalyptiques de ce qui devrait être attendu de ces quelques degrés, le fait qu'au moins une micro-information surgisse à contre-courant de cette pensée unique ne peut qu'inciter à en rechercher d'autres. Façon clin d'œil, ne serait-il pas heureux, grâce à cette fièvre thermométrique, d'espérer faire quelques économies de chauffage et, montée des flots marins aidant, voir enfin Paris se rapprocher de la plage...? Moins dans le registre de la plaisanterie, chacun sait que pour des rhumatisants, un peu plus de sécheresse et de chaleur ne peuvent être que bénéfiques. Est-il dégourdi, en ce moment particulier, de rappeler ce que certains affirment, la chaleur tue les virus...?

Quant au numérique, il serait temps de ne pas en inverser les propriétés. Si les centres de stockage de données et les "usines" à streaming consomment de l'énergie tout en émettant des calories, les économies qui leurs sont directement attribuables dans les déplacements vont dans un sens positif, par tous les moyens (air, fer, terre, mer), et pour toutes les raisons, du travail aux loisirs. Il ne faut pas seulement songer aux acheteurs des centrales de la distribution qui traversent les océans pour rencontrer des fournisseurs, ni aux touristes qui, lassés des possibles fraîcheurs estivales d'Houlgate, filent en jet vers des îles lointaines et paradisiaques. Les trajets domicile-travail que les millions de salariés vont économiser grâce au  télétravail pèsent au moins autant, peut-être plus, dans la balance. Bien d'autres facteurs positifs sont liés aux usages de l'électronique, magnifiés par les techniques numériques. Attention quand même. Si les cépages des environs de Meursault culminent en qualité, ne risque-t-on pas d'en accentuer le dégustation aux confins du raisonnable, au risque que cela finisse par échauffer les esprits...?   

* De fait, en face de ces experts convaincus, d'autres sont moins affirmatifs. Mais la thèse du réchauffement est si utile à de nombreux états, trouvant dans ce sujet au minimum de quoi apporter quelques compléments de prélèvements, qu'elle attire de nombreux adeptes aux desseins les plus divers.

** Il ne s'agit pas de contester l'existence d'un réchauffement que l'on mesure bel et bien sur du court terme. Avec des moyens technologiques du plus haut niveau, carottages, analyses de particules, les mesures et évaluations remontent à environ un bon million d'années. C'est loin, mais quasi infinitésimal par rapport à l'âge présumé de notre planète, de 4,5 milliards d'années. Les écrits, archives, traces "récentes" incitent à un peu de prudence quant aux conclusions. Rappelons que les thermomètres ont été inventés pratiquement un siècle après l'horrible assassinat de notre bon roi Henri le quatrième (1610). Les mesures de la température moyenne du globe réellement fiables sont en revanche fort récentes. Inutile de remonter à Marie de Médicis. N'oublions pas qu'il y a moins d'un siècle, les premiers aéronefs permettaient enfin de réaliser une cartographie correcte de la planète, laquelle nourrissant encore dans les années 50 des explorateurs, allant périlleusement à la découverte de déserts, de jungles et de régions polaires. On peut rester pantois face à certaines affirmations attribuant à ce réchauffement, et pourquoi pas aux moteurs diesel des effondrements de pans de montagnes ou des tornades. Les gazettes et journaux locaux édités bien avant l'an 1900 (automobiles et avions n'avaient pas encore envahi la planète) relatent de nombreux éboulements, glissements de terrains, colères météorologique, crues et autres épisodes destructeurs et plus ou moins meurtriers. C'est à se demander si, après que des croyances divines aient semé la frayeur à l'idée qu'une certaine indiscipline pouvait envoyer n'importe quel quidam en enfer, cette menace d'un nouveau feu de Dieu n'aurait pas pris le relais...

 

 

Tag(s) : #- A LA UNE, #- L'humeur du jour...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :