Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Oubliés, les éléments qui influencent la vie quotidienne et le pouvoir d'achat, dont la lourde note à la pompe, puissant rabotage du pouvoir d'achat, pèse sur l'économie des ménages confinés, et sur celle de la distribution. Et pourtant...

- DVSM, 4 novembre 2020. Rares sont ceux qui savent que les automobilistes aux USA ne payent en moyenne que 0,48 euros le litre de super sans plomb*, à comparer à la moyenne en France de 1,345 euros**. Il est vrai que, compte tenu des élections américaines, du confinement, des attentats, des agitations entre la Turquie et quelques autres sujets chauds, l'actualité a un peu perdu de vue un élément pourtant déterminant. Sans sourciller, l'or noir ne faiblit pas. Il reste en oscillation autour des 40 dollars le baril, un peu au-dessus, un peu au-dessous. Mais point d'effondrement, signe d'une part de la solidité du premier producteur mondial (les Etats Unis), et d'une ligne dans les dépenses contraintes des consommateurs européens et plus particulièrement français.

Qu'on ne s'y trompe pas, si cette valeur est nettement inférieure à celles vécues il y a quelques années, avec des bonds dépassant largement le seuil des 100 billets verts, et un niveau ironiquement (et même un peu pied-de-nez) qualifié de "bas" aux confins de 70 dollars, la cote à 40 dollars reste une valeur élevée, par rapport notamment au coût de l'extraction et du raffinage, selon les spécialistes. Si le ressenti est proche du sans douleur pour les territoires où la fiscalité est raisonnable sur le carburant, il est nettement moins confortable là où la pression des prélèvements est élevée. Si le confinement impose une limitation des achats à "l'essentiel", il entraîne aussi des effets présents et à venir avec, comme attendu, une montée élevée du chômage. Or, si l'Ile-de-France et son poids dans la démographie nationale permet, comme dans nos plus grandes métropoles, un usage des transports en commun, la France profonde, celle dite rurale et des sous-préfectures, ne peut compter que sur l'automobile pour sa vie quotidienne, ce qui inclut des trajets vers les lieux de travail ou vers les points d'accès aux trains régionaux. Ce qui, bien sûr, n'est pas réconfortant pour l'activité du monde de la distribution, venant s'ajouter aux conditions particulièrement destructrices que la reprise européenne de la pandémie et les mesures prises pour en endiguer les effets mettent déjà très à mal au moment où devraient se réaliser les recettes les plus importantes de l'année. 

* Le prix moyen du "gallon" (3,78 litres) aux USA, le 3 novembre 2020, est de 2,122 dollars.

** - Soit 3,14 de nos antiques francs lourds (qui restent encore un repère instinctifs pour de nombreux consommateurs) à comparer aux 8,821 de nos mêmes vieux francs, moyenne en France publiée sur site gouvernemental, au 4-11-2020. 

 

Tag(s) : #- A LA UNE, #- Eco-conjoncture

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :