Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les mesures de confinement très maladroitement conçues ont conduit les dirigeants dans un piège.

- DVSM, 19 novembre 2020. Tout relâcher revient à courir le risque d'une nouvelle escalade virale. Ne rien lâcher revient à amplifier une situation susceptible d'échapper à tout contrôle sous l'effet d'initiatives sauvages se multipliant comme des traînées de poudre. Quelle parade pourrait être activée si, par exemple, des milliers de commerçants décidaient d'ouvrir malgré les interdictions, en respectant des mesures barrières très rigoureuses…? Il n'est pas impossible que le risque de l'instant présent soit exactement celui-ci, et qu'un infime détail pourrait transformer en réalité. De ce qui filtre dans les médias des débats internes aux autorités semble confirmer que les différentes alternatives sont âprement discutées, et que les avis sont fort divergents. D'où des prises de paroles soufflant alternativement le chaud et le glacé. Pour ne rien arranger, des affirmations d'intervenants n'ayant aucun rôle dans la processus amplifient des animosités dont on se passerait bien. Comme cette interlocutrice sur un plateau TV soutenant en substance que "ne pas pouvoir acheter de livre pendant un mois n'est pas bien grave". Sans doute, sauf pour tout libraire en train de jouer son entreprise, sa carrière, sa vie professionnelle, ce dont celle qui profère cette déclaration hautement égoïste (par bêtise), à l'évidence, se moque éperdument.  

En Belgique, l'émotion est montée. L'exploitante d'un salon de coiffure fermé, se voyant "tout perdre", s'est suicidée. Voilà le genre d'événement profondément triste et désolant qui peut faire se rompre les limites d'un confinement mal vécu. Les comparaisons rapides avec ce qui est décrit comme nettement "mieux", au-delà des frontières, n'arrangent rien. En Allemagne, où de nombreuses facettes de la lutte contre le virus sont effectivement mieux gérées, des organisations professionnelles du commerce sont très alarmistes. 60% des établissements de centre-ville estiment être dans une situation désespérée. La fréquentation de la clientèle a chuté de 43%. Avec l'annulation de 80% des fameux marchés de Noël, l'Association Allemande de la Distribution ne dissimule pas son inquiétude.

L'apaisement devient une nécessité. Il pourrait passer par une attitude conciliante de la part de quelques grandes enseignes sur le Black Friday. Si une timide régression dans la contagion semble de confirmer dans l'Hexagone, des progressions dans des territoires voisins et des renforcements de confinements risquent d'inciter les autorités à ne surtout pas relâcher la pression, et rendent indispensables des aménagements réussissant un léger regain de souplesse associé à des protections encore améliorées. Lutter contre le virus ne peut s'accomplir sans faire le nécessaire pour étouffer colères et gestes irréparables. 

 

Tag(s) : #- A LA UNE, #- A cause du virus...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :