Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Encore un sujet sur lequel l'Hexagone va peut-être, bien tardivement, tenter de combler un retard déjà bien difficile à rattraper. 

- DVSM, 21 septembre 2020. Jean de La Fontaine avait écrit "Le lièvre et la tortue". A relire d'urgence. "Il va falloir créer une filière de l'hydrogène". C'est en effet et en substance ce qu'ont affirmé bien des responsables et supposés décideurs de chez nous. En clair, on se prépare à préparer le boom de l'hydrogène. D'autres y avaient pensé plut tôt. Notons quand même que cette vision, ici comme en Asie, semble être soutenue par des partisans bien optimistes qui, volontairement peut-être, feignent d'ignorer que l'hydrogène est à produire à 100% pour des coûts qui pourraient être plutôt rondelets*. Il reste que ce gaz peut devenir une solution dans certains domaines, dont l'automobile. En pointe sur ce créneau, des industriels coréens du sud commencent à expédier vers des pays européens des unités telles que celle vue ci-dessus. Sous nos latitudes, rappelons que les sorties tardives de siestes ne sont jamais très bénéfiques.

Essentiellement destinées à des applications routières, elles sont cependant livrées sur le Vieux Continent avec pour clause impérative de ne pas servir à d'autres exploitations que... statiques. Volonté de discrétion...? Ficelle pour contourner quelques obstacles administratifs...? Pas dans l'ombre, mais à l'abri d'une lumière trop intense, la motorisation à hydrogène fait ainsi son petit bonhomme de chemin. En outre, ce mode de propulsion particulièrement propre écologiquement voit aussi des adeptes se pencher sur ses atouts. C'est le cas des exploitants de lignes de chemin de fer, où l'hydrogène même onéreux pourrait s'avérer intéressant. Il permettrait en effet, comme jadis la vapeur ou le diesel, de se passer des lignes électriques aériennes, particulièrement vulnérables à de multiples agressions (intempéries, phénomènes corrosifs...) et dont l'entretien est très coûteux, indispensable même sur des trajets à très faible trafic. Pour l'avion, que certains imaginent électrique, d'autres à hydrogène, l'urgence est peut-être de colmater les brèches liées à la pandémie et de se tenir pour l'heure à ce qui est à la fois sûr et efficace, et ne pèse, contrairement à ce que prétendent des hyper-écolos, une part infime de la pollution de l'atmosphère.

* Pour produire ce qui permet de générer 1 watt par l'hydrogène, il faut consommer au moins... 1 watt. C'est de la réalité purement physique, et n'a rien à voir avec une posture politique, laquelle se contente des ajouts fiscaux.

 

Tag(s) : #- A LA UNE, #- TOUTE L'INDUSTRIE

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :