Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Que peuvent cacher les refus de port du masque dans ces lieux où il y a du monde (files d'attente aux caisses incluses)…? Effets de quelques esprits frondeurs ou début d'une faille de communication aux conséquences inévitables…?

 

- DVSM, 11 août 2020. Une constante est à déplorer depuis le début de la pandémie, tel un véritable fil rouge, dans la permanente juxtaposition d'avis et recommandations allant dans des directions immédiatement contredites par des affirmations diamétralement opposées. Comment s'étonner aujourd'hui d'une sorte de "déconnexion" de nombreux citoyens ? Ayant soit un avis tranché une fois pour toutes, soit se limitant à un penchant pour les derniers propos d'experts entendus, chacun n'écoute plus que sa sensibilité personnelle. Depuis quelques semaines, la perspective d'une nouvelle vague de contamination ne cesse de progresser. La ligne des discours, en apparence moins diversifiée, dissimule mal des positions toujours très contradictoires. Elle se mélange qui plus est aux vérités hautement affirmées hier, désormais démenties par les faits, preuve que ceux qui affirment savoir un jour ne savent pas tout toujours d'une manière irréfutable. De surcroît, l'accompagnement de l'actuelle remontée des contaminations se conjugue à travers des directives de plus en plus complexes, avec des obligations de port du masque localisées à outrance, qui nécessiteront bientôt la gestion à l'aide d'un logiciel expert de la moindre traversée d'un pâté de maisons. Ne serait-il pas plus simple, in fine, d'imposer le masque partout en extérieur…? "Bien sûr que non", rétorqueront des praticiens qui n'ont peut-être pas tort, soulignant que les phénomènes de transmission se produisent surtout dans les réunions amicales ou familiales, 10, 20, 30 personnes sans masque dans un lieu privé, où aucune obligation ne peut être ni mise en œuvre ni contrôlée.

 

A la caisse d'un supermarché, un client vient de s'approcher de celui qui le précède pour placer ses achats sur le tapis mobile (Scène vécue). S'installe une petite nervosité. "Et la distance…!" proteste le chaland de devant. "Mais j'ai un masque et vous aussi, c'est pour les cas où la distanciation est réduite" rétorque celui qui suit. Un léger différend dans lequel les deux protagonistes n'ont tort, ni l'un, ni l'autre, si l'on se réfère aux avis émis. La multi-communication désordonnée ne sème que la discorde...! Il reste que dans les points de vente, le masque est présent sur près de 100% des visages. Mais au marché, à la plage, c'est un autre monde...

 

 

 

Tag(s) : #- A la Une, #- A cause du virus...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :