Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Alors que des centaines de milliards virevoltent dans l'univers de l'audio-vidéo et du dématérialisé, des "pros du spectacle" vivent au bord de l'abîme économique.

 

- DVSM, 22 août 2020. Curieusement, des regards se portent enfin sur les conditions dans lesquelles tentent de survivre des professionnels (artistes et autres intervenants) victimes des conséquences de l'épidémie et en particulier des mesures ayant entraîné l'annulation d'une quasi-totalité des spectacles physiques depuis plusieurs mois. Tout récemment, le quotidien Le Parisien a jeté sur cette réalité une lumière aussi édifiante qu'insupportable. On y découvre qu'une violoniste professionnelle, qui accompagne usuellement de grandes vedettes lors de leurs concerts, en arrive à devoir faire la manche; qu'un électricien (pas artiste, mais tout autant membre victime du monde de l'intermittence) usuellement présent sur de grands événements (récemment pour Fort Boyard) en est arrivé à vendre sa maison, etc. Ce alors que, tant pis si certains jugeront bien mal cette position, d'autres se cramponnent férocement à l'idée de ne surtout pas travailler une minute de plus pour aider à ce que, même très modestement, cela peut contribuer à l'effort collectif pour sortir de la crise. (Il est vrai que, coup de chance)  le Saint-Esprit finance sans faille les "droits acquis"). Etonnant également lorsque dans nos mémoires, reviennent les nombreux et croustillants épisodes liés à la rémunération de chaque ayant-droit... Dans cette vision à deux facettes, personne ne peut s'abstenir d'un parallèle établi entre le marché florissant des contenus (qui plus est bien dopé par les mesures de confinement), et cette condition déplorable d'une sorte d'abandon de ceux qui, d'une manière incontournable, restent bel et bien à la racine de ces contenus. Pas un film, pas un épisode de série, pas un clip, pas un morceau de musique ne peuvent exister sans qu'initialement, l'ensemble de ces gens du spectacle interviennent. Est-ce bien honorable d'en laisser croupir certains dans les refuges d'une existence que le contexte rend indigne…?  

 

 

 

Tag(s) : #- A LA UNE, #- C'est un avis

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :