Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les conséquences de la crise liée au coronavirus commencent à se manifester dans toute leur ampleur. La réduction des effectifs dans de nombreuses entreprises, certes épouvantable, est pourtant un impératif légalement absolu.

- DVSM, 1er juillet 2020. Familièrement, on les baptises "charrettes". Davantage dans le respect des termes et expressions issues d'un vocabulaire rigoureux, ce sont les "plans sociaux", les "suppressions de postes", les "licenciements". Point commun, ils consistent tous à réduire les effectifs d'entreprises subissant les effets de la pandémie. Cela moins pour couvrir les pertes suite à plusieurs mois au cours desquels les recettes sont tombées au plus bas, ou même ont été réduites à néant (les aides sont faites pour cela*), que pour se placer dans le contexte d'une demande nettement réduite et probablement pour longtemps. Toutes les protestations, incluant celles extraites de propos à vocation politique ou syndicale, parfois "gratuites" et même démagogiques, vont inévitablement servir de toile de fond à ces mesures incontestablement fort douloureuses. Il n'en est pas moins vrai que les dirigeants d'entreprises n'ont pas le choix. Comptablement, bien sûr. Mais aussi et surtout au regard de la loi. Maintenir des effectifs disproportionnés par rapport au volant d'affaires d'une société est tout simplement une faute caractérisée de gestion, qui peut parfaitement être retenue et sanctionnée par les tribunaux. Il n'est pas inutile de rappeler ce point extrêmement important. D'où, parallèlement, cette volonté parfois exprimée de vouloir interdire les licenciements. Ce qui pourrait aboutir à d'étranges situations, dans lesquelles des responsables pourraient se voir déclarés en infraction pour avoir licencier, et aussi en infraction pour ne l'avoir pas fait. 

* Sous forme de prêts qui seront pour beaucoup remboursables

 

Tag(s) : #- A la Une, #- Eco-conjoncture

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :