Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pardon pour cette vulgarité. Inspirée par le probable état d'esprit de ceux qui participent à cette tradition haussière de l'or noir, elle décrit l'enchaînement d'où naît une menace sournoise, déjà pénalisante sur la capacité à consommer de nos semblables.

 

- DVSM, 3 juin 2020. Alors que ces citoyens n'entendent plus qu'un discours les appelant à faire des efforts, voire des sacrifices, pour relancer la machine économique, la plus redoutable des dépenses contraintes revient insidieusement vers le devant de la scène. Flirtant désormais aux alentours des 40 dollars le baril, (le brent à 40,25 $ en soirée –heure européenne- du 2 juin), l'or noir frétille aux accents enjôleurs du déconfinement. Si, au moins, cette remontée façon fusée d'Elon Musk pouvait être prise comme la meilleure nouvelle de l'année, à savoir le constat de l'éradication finale du coronavirus, il serait de bien mauvais ton de déplorer cette fièvre qui a déjà commencé à se propager jusqu'au bout du pistolet de la pompe. Mais il n'en est rien. Sa majesté pathogène est toujours là. Et alors que le desserrage des verrous du confinement s'opère sur des œufs, se devine de toutes parts l'inquiétude à propos d'un éventuel rebond de l'épidémie. Une angoisse en deux facettes. La première est modérée, à propos d'un retour infectieux aux heures estivales. La seconde se fait bien plus préoccupante, interrogative sur un éventuel vigoureux épisode d'automne-hiver, susceptible d'imposer de nouvelles contraintes sur la vie économique.

 

C'est à se demander si, dans les circonstances présentes, les économistes et les stars de la politique qui ne prennent la parole que pour demander la taxation des GAFAS ne devraient pas plutôt braquer leur regard vers ces exploitants et détenteurs de ressources qui, depuis des décennies, mettent à genoux une part dominante de la planète par ce que certains ont déjà depuis longtemps qualifié d'escroquerie spéculative. Pour l'heure, et alors que les consommateurs ont déjà bien saisi dans quel sens évolue les tarifs affichés en grands caractères au-dessus des pompes, la question commence à se poser. Les efforts pour relancer la vie économique, vont-ils surtout servir à acheter le carburant nécessaire pour aller au travail…? Y.D.

 

 

 

Tag(s) : #- A la Une, #- Eco-conjoncture

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :