Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Durement touchée par les mesures de confinement, la vie économique n'est cependant en rien similaire à ce que furent les lendemains de conflits armés.

 

- DVSM, 8 avril 2020. La pandémie que la moitié de la population terrestre tente d'endiguer est inévitablement une tentation sans limite pour tous les adeptes du comparatif. Le grain de sable (marre de dire "le virus") provoque des effondrements sur le plan économique dont il est difficile, pour l'heure, de comprendre comment notre société se sortira. D'où la recherche de situations supposées similaires, et des déductions inévitablement fausses, puisque, justement, jamais une situation identique n'avait été vécue. La destruction "en plein vol" d'une part colossale des activités ne trouve une similarité dimensionnelle que dans les conséquences de la dernière guerre mondiale. Cependant, imaginer un redémarrage à partir de ce point de repère n'a aucune valeur, hors de quelques tableaux Excel ou d'abaques de théoriciens. En effet, au lendemain du conflit, c'est d'un pays concrètement détruit qu'héritait la nation.

 

Des ponts par centaines, des routes, des voies ferrées, des bâtiments de toute nature, des zones urbaines considérables, constituaient un panorama de désolation. Aujourd'hui, environ 180 avions d'Air France sont en sommeil sur les parkings d'Aéroport De Paris. Si nous étions dans les conséquences d'un conflit armé, ces appareils pourraient fort être réduits à l'état d'épaves, suite à des raids qui auraient aussi fait de Roissy un champ de ruines. En 1945, il n'y avait que très peu d'avions, mais les destructions du parc de la SNCF, locomotives en particulier, le rendait quasi inopérant. Dans les archives du Ministère de la Reconstruction (qui deviendra ensuite le Ministère de l'Equipement), figurent des ouvrages volumineux faisant l'interminable inventaire de ces destructions. Quand ce voyou de Covid-19 aura enfin été dompté, c'est sur un pays intact que tout pourra redémarrer. Il n'y aura même pas à supporter que des quantités de familles soient reléguées dans des bidonvilles, suite à la destruction de leurs logements sous des pluies de bombes et d'obus. Ce qui ne signifie pas que la relance sera simple. Elle ne peut cependant en aucun cas s'appuyer sur l'exemple d'aussi sombres périodes, ce que certaines analyses, un peu agaçantes –et en rien utiles- tendent à développer.

 

 

 

Tag(s) : #- A la Une, #- C'est un avis

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :