Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aucune croissance, aucun développement, ne sont jamais tombés dans une réconfortante perpétuité. La toile serait-elle concernée par cette réalité toute terrestre…?

- DVSM, 9 mars 2020. À ne plus nous préoccuper que d'un malicieux virus, on finirait par en oublier quelques autres évolutions non sans importance…? C'est le magazine Challenges qui, dans son numéro du 5 mars 2020, relève dans une très brève… brève qu'entre 2014 et 2017, le nombre de sites internet sur la planète est passé de 1,76 à 1,74 milliards. Pas question de chipoter sur des micro-décimales capable de faire chanceler l'épaisseur du trait. À un pouillème près, ce décompte montre que l'effervescente et interminable montée du net touche à sa fin. Les amateurs de croissances vertigineuses palpitantes à raconter en seront pour leurs frais. Heureusement, cette étape ne signifie nullement que la toile serait en passe de se détisser. Les activités qui l'entourent aussi devraient désormais entrer dans un scénario de yoyo entre progressions, régressions et stabilisations comme en connaissent tous les domaines d'activité arrivés à maturité. De surcroît, l'ensemble du monde connecté est à la veille d'une probable intense rupture technologique, que laissent prévoir l'arrivée de la 5G, la prolifération des connexions via la fibre optique, et l'apport des imminents essaims satellitaires. En clair, d'ici quelques années, le globe va profiter d'une prodigieuse amplification des aptitudes des ses infrastructures de télécommunications, ce qui devrait avoir pour effet de redynamiser cette toile, ne serait-ce que grâce à une accessibilité offerte à de nombreuses populations pour l'heure exclues de cet univers.

 

 

 

Tag(s) : #- A la Une, #- IT et numérique

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :