Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les utilisateurs adeptes des achats du premier jour qui assaillent avec assiduité les points de vente quand une nouveauté apparaît risquent de devoir prendre patience. Des reports commencent à s'envisager pour les lancements d'automne.

- DVSM, 26 mars 2020. Lancer un nouvel iPhone ou une nouvelle PlayStation n'est jamais une opération qui s’improvise au dernier moment. Bien avant le jour J, il faut lancer la production des composants, puis la fabrication proprement dite. Tout en préparant aussi le marketing, la communication, sans oublier les acheminements aux quatre coins de la planète. Autant d'opérations en amont qui pour l'heure, sont loin d'être menées à bien.

Ainsi, de source industrielle asiatique, il semble qu'Apple soit pratiquement décidé à reporter le lancement de sa nouvelle génération d'iPhone, qui se fait usuellement vers le mois de novembre. Côté Sony, cette même période semble maintenue pour les premiers pas de la PS5, mais il faut rester prudent. L'expérience a montré qu'au-delà de ce 11ème mois, qui constitue la rampe de lancement des ventes de fin d'année, le risque est grand de devoir composer avec peu d'achats des utilisateurs, donc avec un parc réduit induisant de mauvais débouchés pour les applications ou les softs, mollesse qui peut affecter l'année entière. Ces vedettes de l'univers numérique sont plus vulnérables que d'autres équipements, mais une avancée sur des œufs de bien des firmes est à prévoir. Côté 5G, la situation présente commence à suggérer de-ci de-là la nécessité de laisser le temps au temps, en particulier devant la crainte de propulser équipements et services dans un cadre mal verrouillé.

Côté mobilités, les préoccupations sont de même nature. Dans l'automobile* qui, comme tous les marchés grand public, est très dynamique au dernier quadrimestre, ce sont non seulement les effets de la longue paralysie de la production qui vont jouer les perturbateurs, mais aussi une possible timidité des acheteurs, que la crise du virus pourrait avoir rendus attentistes sur un plan purement économique. On le voit déjà, la pandémie aura probablement une incidence négative pendant plusieurs mois après le repli de la contagion. A condition que ce repli lui-même ne soit pas... reporté.

* Mauvaise pioche pour le "Mondial", ex-Salon de l'Auto, qui est déjà dans la problématique qui touche de nombreux salons, et tente en 2020 une nouvelle formule, dans le cadre d'un "Paris Motion Festival" (pauvre Molière...!) qui se tient début octobre, mais ne va peut-être pas être très commode à mettre sur pieds.

 

 

Tag(s) : #- A la Une, #- A cause du virus...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :