Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les bonheurs de "slophies" sont en vedettes dans les Apple Stores. Un symbole rappelant que ce sont les outils qui créent les usages, et non l'inverse.

 

- DVSM, 29 décembre 2019. Pour les habitudes comme pour les traditions, rien n'est jamais figé. Ce qui n'est pas toujours du goût de ceux qui, finalement, n'expriment qu'une compréhensible nostalgie. Si le son et les "conflits" entre partisans de l'analogique et les disciples du son high-res numérisé en sont l'épicentre depuis des décennies, la photographie n'y échappe plus, depuis la transition entre argentique et numérique. Cette dernière technique étant de plus fortement influencée depuis une bonne décennie par la connexion et le partage. Des débats passionnés (et bienvenus*) en sont même arrivés récemment à revenir sur cette éternelle question, "qu'est-ce que la photographie…?"

 

La réponse oblige à constater qu'il y a sans doute au moins autant de "photographies" que de photographes. Pros ou amateurs, sans distinction. Et justement, des photographes, il y en a de plus en plus. Grâce au smartphone se réjouissent les uns, à cause de lui déplorent les autres. Les selfies (qui avaient surtout été inventés par Samsung avec son APN à deux écrans), autoportraits pour traduire de manière simpliste, sont devenus la clé de voûte d'une pratique qui mélange convivialité et narcissisme. Convivialité amplifiée par un inventeur resté anonyme, celui de la perche, qui permet d'intégrer plus de décor ou plus de têtes dans le même cliché.

 

Nous n'en sommes plus là car la photo accueille désormais le mouvement. Une petite dose d'action dans la photo fixe, qui ressemble d'abord à un gadget, mais donne naissance à une réelle créativité chez certains utilisateurs qui ont bien observé comment fonctionnent ces mécanismes, et s'en servent pour créer. Et le mouvement avec ralenti, qui ajoute une dimension supplémentaire (c'est le fameux "slofie"), n'échappe pas à la tendance. Apple s'en sert dans ses ateliers, au beau milieu de ses magasins, et discrètement (enfin, presque) mais efficacement crée des émules. Dans cette petite extension, certainement jugée banale par quelques intégristes, toutes les facettes de la photo, artistique, technique, de témoignage, de mémoire, acquièrent une dimension nouvelle. Entre le Fish Eye et les innombrables filtres créatifs, n'a-t-on pas vu surgir des effets et même des artifices à ranger dans les mêmes registres des idées que l'on se fait de la prise de vue...?

 

Si certains imaginent le smartphone destiné à une vie en vase clos, ils font erreur. Un autre instrument numérique est entré dans la vie de tous, et ne demande qu'à se joindre à la fête. Il s'agit du téléviseur, dont, n'hésitons pas à le rappeler, DVSM rabâche depuis des années qu'il est le complément idéal de la photo numérique, qu'elle soit venue d'un APN ou d'un smartphone. Une réalité si concrète que dans les pages de notre excellent confrère 01-Net, un lecteur a pris sa plume pour déplorer que l'un des smartphones vedettes d'une génération fort récente, doté de 3 fiers capteurs, fait en revanche une stupide impasse sur le format 16/9.

 

* Ces discussions passionnées démontrent que l'intérêt pour l'image demeure plus que jamais intense, ce qui est favorable à l'industrie et à la distribution.

 

 

 

Tag(s) : #- A la Une, #- Photo et vidéo

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :