Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DVSM, le magazine, fut partenaire presse du Salon de la Photo durant la période probablement la plus évolutive pour l'univers de la photographie. Souvenirs…

 

- DVSM, 5 octobre 2019. Le Salon de la Photo de Paris a eu plusieurs vies. Voire, survies… La première avait commencé au début du nouveau millénaire, sous l'appellation MIPS, éphémère version cherchant à réunir la reproduction musicale de qualité (hi-fi) et la photographie. Cette greffe, qui pouvait sembler pertinente, n'a pas pris, surtout, il faut le reconnaître, à cause du monde de l'audio qui souhaitait qu'on lui organise un salon, mais pas "comme ça". Se recomposant sous une forme uniquement photographique, cette formule organisée au printemps a vécu ses premières salves dans l'amorce d'un effet de basculement à la fois historique et terrible pour certains acteurs, celui de l'argentique vers le numérique.

 

Scandaleuse provocation…! Dès 2002, La Lettre de DVSM n'ose-t-elle pas annoncer la possible disparition du réseau des spécialistes photo qui ont pour principale ressource le traitement, donc le développement des films et le tirage des clichés sur papier (ou développement diapos)...? Les réactions ne se feront pas attendre, notamment chez certains groupements célèbres. Mais avec le numérique, il n'y a plus guère de traitement. Conservées sous forme de fichiers dans un ordinateur ou un disque dur, de plus en plus souvent imprimées par l'utilisateur, le futur des photos n'est plus prometteur que de douloureux épilogues. Non seulement la prévision de DVSM était juste, mais la réalité sera encore plus sévère et plus rapide qu'imaginée.

 

 

En 2006, c'est toujours l'appellation MIPS et le début du printemps qui servent de cadre au salon. Une continuité que contrarient les évolutions, car la transition est désormais vigoureusement engagée. Panasonic a pris la tête du peloton des "numériques", et en explique la composition (photo). Sony, qui fut le (vrai) premier à envisager et montrer (avant la sortie du CD audio) de la photo électronique, a déjà ses adeptes. Une sorte de "camp de l'électronique grand public" se concrétise, non sans quelques répercussions, en particulier en France, côté distribution. Outre les probables mutations dans le domaine du traitement, de nouveaux créneaux viennent en effet d'entrer dans la danse, celui des hypers (qui étaient déjà présents sur le sujet, mais d'une manière assez laconique) et surtout celui des GSS…! C'est le double effet "photo numérique". Les Darty, Boulanger, Planète Saturn (pas encore "Saturn" tout court), et même Conforama ou But… n'avaient pas pris pied dans le domaine de l'image. Les voici, ils sont là en force, c'est de l'électronique, ça se vend, c'est idéal pour des actions promos, et répond parfaitement aux envies de volumes (et trafic...)  cruelles pour les marges. Manquait plus que ça…!

 

 

Dès 2007, finalement, le début du printemps ne se révèle pas un moment excellent. Impôts, ponctions des soldes dans les tirelires et achats de fin d'année à peine digérés se confondent avec des exercices d'entreprises de plus en plus clôturés fin mars… Pas terrible non plus pour les nouveautés. L'automne, en prolongement, un an sur deux, de la Photokina (toujours puissante) et en préambule à la période des fêtes, des cadeaux et des ventes les plus vigoureuses, c'est beaucoup mieux. Et "MIPS", ce logo n'est ni sexy, ni surtout explicite. On oublie. L'heure du "Salon de la Photo" a donc sonné, c'est clair, pas besoin de dessin. Mais d'affiche, si, laquelle devient un événement dans l'événement. Savoir tenir en haleine le plus longtemps possible les aficionados est l'une des figures imposées à tout organisateur de salon qui fait bien son métier.

 

 

Ce sont des années vécues avec intensité par DVSM, au cœur de cette révolution majeure et de la montée en puissance des rayons dédiés à la photo dans les enseignes. Publication dédiée à une audience de professionnels, DVSM a de surcroît dans ce grand rendez-vous une nouvelle possibilité (en plus de celle dans les rayons, pratiquée à haute dose depuis longtemps) de rencontrer aussi des utilisateurs, des consommateurs, du public. Des personnes initiées, d'autres profanes, et pour pratiquement toutes, la révélation d'une réalité toujours présente en 2019, une soif de conseils, de formation, tant à l'image qu'à la technique. Autre facette de ces rencontres, celle de tous les instants entre les inconditionnels de l'argentique, qui ne croient pas –enfin, pas encore- aux aptitudes du numérique. Savants dans les émulsions, le grain, les profondeurs de champ, le vignettage des optiques, voilà des praticiens de haut vol et de longue date qui se retrouvent désemparés comme de véritables débutants face à des fichiers, des kilo ou mégaoctets, des ordinateurs et des mémoires de masse, domaine dans lequel il leur faut tout apprendre…!

 

 

En 2013, les plus réfractaires au numérique des industriels ont basculé depuis longtemps. La compétition avec les géants de l'électronique a pris toute sa dimension. La croissance des ventes dans l'Hexagone permet de comprendre cet élan. La diffusion des APN a nettement dépassé 5 millions d'unités, soit pratiquement le double du meilleur des tous les scores enregistrés par l'argentique. Alors, tout le monde fonce. Sans même avoir vu se dessiner loin à l'horizon les prémices d'un tsunami encore plus dévastateur que ne le fut le numérique pour l'argentique. Pour l'heure, se développent les concepts, des gammes, des looks, alors qu'un audacieux et téméraire a osé placer un petit obstacle sur la voie du reflex. On l'appelle hybride, il deviendra sans miroir. L'audacieux est un récidiviste, Panasonic. Au fait, le tsunami, la vague scélérate…?  Il y a déjà 5 ans, à Cupertino, un spécialiste de l'informatique a lancé le premier des smartphones, qui fait des photos. Aucune importance, c'est un téléphone, rien qu'un téléphone. On ne va quand même pas faire des clichés avec des téléphones…!

 

 

2014, DVSM a suivi les impératifs de l'édition. Passage au tout numérique, ce qui ravit le lectorat, que des professionnels, qui vont cesser de voir trop souvent disparaître les numéros arrivés sur leurs bureaux, sans même que les Arsène Lupin n'aient laissé leur carte de visite. La formule Ligne & Papier permet en outre une lecture en ligne, en France, au Japon, à la maison, mais aussi une impression couleur de qualité du ou des sujets à lire dans le TGV, dans l'avion, etc. Côté photo, le tsunami annoncé commence à être perceptible. Jusqu'où iront ces smartphones dans leur pillage sans vergogne du marché de la photo…?  Aujourd'hui, la réponse est connue. Pire, les performances photographiques des leaders sont poussées au premier rang des arguments. Des objectifs multiples, des capteurs de plus en plus "mégapixellisés", des zooms, des stabilisateurs, des écrans d'une qualité à tomber par terre (sans se briser, qui plus est) et une place commode dans toute poche normalement constituée. Et jamais les utilisateurs n'ont fait autant de photos, alors que les appareils "pur jus" se diffusent beaucoup, beaucoup, beaucoup moins qu'avant cette révolution. Non sans réagir, car l'industrie photo, qui a sans doute désormais admis ce que sont les nouvelles dimensions de son créneau, redoublent d'armes que les smartphones, cette fois, ne sont pas à la veille de pouvoir contrer.

 

 

Au long de toutes ces années, d'abord organisé sous l'égide de la société Sécession, puis par Comexposium, le Salon de la Photo de Paris aura connu son très beau parcours sur un créneau où rien n'était évident, principalement  grâce à l'énergie et au talent de son commissaire général, Jean-Pierre Bourgeois* (photo). Alors que d'édition 2019 se prépare activement, les pratiquement 15 années évoquées auront suffi à voir s'épanouir au moins deux immenses transitions. Et il est probable que désormais, une période de stabilité puisse être envisagée. Mais, sait-on jamais…?

 

* Parti profiter d'une retraite méritée en 2014, dernière année du partenariat avec DVSM (il y a encore de la retraite là-dessous), mais pas dernière année de notre attrait pour ce grand moment, où chaque année, commence à flotter une si délicieuse atmosphère de fin d'année.

 

 

Tag(s) : #- Expos et salons, #- Photo et vidéo, #L'info en temps réel

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :