Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

- VISIONS ESTIVALES. C'est la dernière…! Août 2019 s'est enfui. Le quotidien revient, à un poil près, comme celui abandonné il y a un mois. Voyons cela sans devenir rasoir…

 

- DVSM, 1er septembre 2019. C'est aujourd'hui un dimanche pas comme les autres. A Angers, c'est le deuxième du genre, avec l'ouverture dominicale de l'après-midi, pour l'hyper Géant. Ouf…! Avouez que des commerces qui, sous prétexte d'être le second jour du week-end, restent portes closes l'après-midi, pour les clients, c'est barbant. D'autant plus que côté personnel, si certains ne veulent en aucun cas bosser en ce jour précis, d'autres le feraient bien volontiers. Ne serait-ce que pour des raisons de remplissage de tirelire... La liberté serait-elle systématiquement telle que les uns décident pour les autres, ces "uns" seraient-ils syndicalistes…?  Pour les chalands, il en va autrement. Notre bel Hexagone, qui est de plus en plus seul à camper partiellement sur cette fermeture (en Ile-de-France et dans quelques autres régions, le dimanche est un jour positivement actif) tiendra-t-il longtemps dans cette attitude…? N'y aurait-il pas une sorte de paradoxe dans un contexte où d'un côté, le chômage tient bon (à un poil près) et de l'autre, recruter est de plus en plus un défi. Nous y reviendrons très vite…

 

Justement, à propos de poil et de barbe, laquelle est redevenue un must dans la mode masculine (car pour les dames, n'en déplaisent aux négationnistes de toute différence, cette tendance pileuse reste un rêve impossible, sauf rares exceptions), elle vient de se voir attribuer un "Jour de la barbe"…! L'être suprême y est-il pour quelque chose...?  Ce jour pas ordinaire tombe pile... poil en ce dimanche 1er septembre 2019. Jour de fin finale et irréversible des vacances. Nous éloignerions-nous de notre sujet central, le commerce…?

 

Pas le moins du monde. Si, avant de reprendre le collier (pour beaucoup, c'est déjà fait), il reste quelques instants de planante réflexion, avec en souvenir encore tout chaud le bruit des vagues, il n'est pas stupide de songer à cette vague d'implantations de barbiers qui n'a échappé à personne. Nombreux ont en effet surgi dans les avenues commerçantes ou les galeries marchandes. Depuis longtemps, des vagues, -ou vogues- d'implantations ont animé et renouvelé le décor commercial. Dans les années 70, ce furent les magasins spécialisés dans la hi-fi. Il furent des dizaines, voire plus, avant de fondre comme neige au soleil quand vint la vidéo. Dès le début des années 80, la génération des vidéoclubs a multiplié ses apparitions, pour atteindre 4.000, 5.000, 6.000 implantations sur notre sol. A leurs côtés, moins nombreuses mais pas moins représentatives de leur époque, naquirent les micro-boutiques. Qui eurent une paix royale jusqu'à ce que les GSA et les GSS attaquent le sujet, à coups de promos. Les micro-boutiques se repliant, ce furent les spécialistes de la téléphonie mobile qui à leur tour occupèrent l'espace. Largement encouragés par des opérateurs désireux de faire grossir le parc (de téléphones, ou plutôt d'abonnés). La saturation ne leur a pas porté chance. Les opérateurs qui les sollicitaient s'en sont sèchement débarrassés, ne gardant que leurs propres réseaux, et encore, avec prudence. Il en va ainsi. Des points de vente ou de services se développent, puis régressent. Nous en sommes aux tailleurs de barbes et aux artistes tatoueurs.

 

 

 

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- VISIONS ESTIVALES

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :