Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

En ce beau jour d'été, la France célèbre sa fierté, son prestige, ses armées, sa place dans le monde… Mais où est sa culture, celle dont le Net révèle cruellement la réalité.

L'édito d'Yves Dupré. - DVSM, 14 juillet 2019. Sans exagération, ni mauvais jeu de mots, c'est une véritable défaite nationale. Nos concitoyens ont en masse perdu l'essentiel de leur langage. Il suffit d'écouter les cohortes d'individus s'exprimant, incapables de prononcer correctement les liaisons avec les euros, y compris, entre autres, à la caisse du magasin, à la radio, à la télé, et même dans certaines publicités de grandes marques (alors que ces mêmes individus semblent, par "tradition orale", ne pas avoir perdu les bonnes liaisons avec les âges, qui obéissent pourtant aux mêmes principes). Et que dire du désastre que chacun peut constater à la lecture des forums, des avis, des "tutos", de certains blogs, de certaines ILV, de quelques sous-titres à la télévision, etc.? La dérive est si grande qu'il est permis de douter d'un possible revirement. Certes, une faute de-ci de-là, un accord oublié, un mot mal orthographié, une étourderie, ça passe. (Même ce site-blog n'en est pas exclu. Tout journaliste peut cependant se retrancher –et ne manque jamais de le faire- derrière sa bonne excuse, parfois pourtant très mauvaise, en parlant de "coquille"). Contrairement à ce que certains pourraient croire, l'hécatombe sur notre langue est grave, bien plus que certains n'osent l'imaginer.

 

En effet, où est cette France qui se gargarise et ne cesse de se féliciter, grâce à ses plus de 88% de succès au baccalauréat (pardon, aux baccalauréats)…? Internet et ses écrits ont révélé, en seulement quelques années, ce qui est une catastrophe. En effet, loin de blâmer tous ces Français qui avancent à tâtons dans leur propre langue, il convient de les considérer comme les authentiques victimes d'un système éducatif profondément défaillant*. Ce qui donne à certains discours récurrents sur la "formation" un côté hypocrite. Face à des effectifs en régression (la génération surabondante des 30 glorieuses est désormais du domaine de l'Histoire), il semble que l'Education nationale, en abaissant le nombre d'élèves par classe, en poussant les limites d'âges de la scolarité obligatoire, en mettant la main sur certaines filières de formations professionnelles efficaces pour finalement les traiter fort imparfaitement** mais créant des bacs ceci, des bacs cela, ait réussi à conserver ses propres effectifs, que certains observateurs n'hésitent pas à qualifier de pléthoriques***. Le tout en oubliant ce qui devrait être l'essentiel, l'obligation de résultat. Une finalité exigée du plombier qui vient colmater une fuite d'eau, mais toujours pas de l'enseignement qui, dans un éternel débat, se limite à définir l'objectif de sa tâche à la dispense d'un certain savoir, à prendre ou pas par l'élève.

 

Il y a bien catastrophe, mais on s'en moque, ou pire, on feint de tenter de la combattre avec de fausses bonnes recettes. Probablement parce qu'au sein de ce corps colossal et plutôt incontrôlable, règne un enracinement syndical si musclé que tout équipe au pouvoir préfère ne surtout pas l'affronter. De peur, bien sûr, de ne pas sécuriser une réélection potentielle. Des réformes, oui, des vagues, surtout pas...! En faisant le tour de toutes les corrections de cap non réalisées en France à cause de ce genre de détail très urticant pour les politiques, on s'aperçoit vite qu'une fraction dominante non plus du mal français, mais des maux de l'Hexagone, a une origine hélas trop limpide. YD

 

* Il ne l'est d'ailleurs pas que sur l'écrit, mais à chaque édito suffit son désastre.

** Sinon, comment expliquer l'incroyable pénurie de candidats à de nombreux postes à pourvoir…?

*** Notre voisin la Suisse, qui n'a rien d'un pays inculte, aurait deux fois moins d'effectifs par élève que notre fier Hexagone.

 

 

 

Tag(s) : #- Edito par Yves Dupré, #- Grrr...! et cartons rouges

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :