Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

En matière de mobiles, il y avait Apple face à tous les autres, soit un écosystème face à des beaux produits disparates dotés d'atouts en nombre, mais mélangés, et surtout sans réelle équivalence en termes d'utilisations. Changement de décor…?

 

- DVSM, 31 mars 2019. Avec Huawei, le smartphone, c'est plié…! Y'a plus photo…! Parce que justement, il y a photo et… les photos. Traduite en termes industriels, la déjà riche histoire du smartphone pourrait se résumer ainsi. Il y avait un leader californien bâtissant son univers hard et soft, installant la profitabilité de son modèle économique sur le créneau des contenus, en parfaite continuité avec son baladeur iPod et iTunes. Parmi ses concurrents, avec pour modèle économique la vente d'équipements, un Coréen avançait en tête de peloton, cherchant à donner la meilleure réplique possible à Cupertino. Réplique seulement matérielle. Sans le soft, qui était laissé à l'initiative d'Alphabet (Google, Android…), lequel se fiche des profits de Samsung comme Renault-Nissan de ceux de la SNCF. Les lecteurs assidus et de longue date de DVSM ont peut-être en mémoire ce que nous disions il y a déjà presque bien longtemps d'une firme encore inconnue, Huawei, n'attirant l'intérêt que d'une infinitésimale proportion de médias. Une sorte de répétition, vécue dès le début des années 80, du phénomène de la montée en puissance de firmes coréennes qu'à cette époque, le tout-industrie comme les observateurs les plus reconnus affectaient de ne considérer que comme les ébats sans danger de fabricants de low-cost, tout juste experts en bas de gamme pour tirer dans les coins. Bref, le Haiwei que nous pressentions est aujourd'hui le géant que tout le monde sait. Et ses initiatives sont bel et bien celles d'un acteur prépondérant, par lequel les initiatives produits arrivent sur le marché.

 

 

Sa dernière annonce, théâtralisée dans notre capitale, amplifie les ambitions de la marque à travers le smartphone preneur de vues. Et parallèlement, ses écrans pliables ont alimenté les gazettes suite à ce qu'il a montré au CES de 2019. Comme en réplique aux annonces de Samsung (et vice-versa). D'accord, au royaume de la smartphonie pure et dure, un écran qui se plie juste pour aller dans une poche, est un argument léger, presque futile. Avec une utilisation photo, et une configuration adroitement pensée, ce même composant peut pourtant compenser soudain ce qui, jusqu'à nos jours, mettait le mobile hors compétition face à un APN bien charpenté avec écran orientable au menu. Peu utile pour les selfies un tel écran devient précieux pour tout cliché pris par-dessus des têtes de spectateurs, dans un spectacle de rue, ou au ras du sol, sauf pour ceux qui acceptent de se vautrer dans la boue. Le smartphone ainsi conçu introduit une rupture qui pourrait aller jusqu'à contraindre tout concurrent à adopter une configuration au moins similaire. Quel que soit son écosystème…! CQFD…  

 

 

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- Techniques, techno...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :