Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Combien de pieds pour vos genoux…? Et au-delà de la longueur, il y a aussi la largeur… Le confort minimum se mesure en au moins trois dimensions…

- DVSM, février 2019. Vous voyagez pour votre travail…? Vous n'êtes pas seul comme le confirment les longues files d'attentes pour les embarquements de vols à destinations des pays d'Asie et des US, notamment. Depuis la crise de 2007, puis les fièvres pétrolières, sans oublier les trous d'air venus depuis troubler la consommation d'ici et d'ailleurs, le mot d'ordre dans toutes les entreprises est aux économies. En particulier sur les billets d'avion. Finies (pour beaucoup) en raisons de contraintes budgétaires les Business Class même avec réduction*. Côté notes de frais, la machine est grippée. Cependant, entre nous, les classes économiques et leurs fauteuils peu généreux ont, au sens propre comme figuré, leurs limites. 10 ou 12 heures dans une position assez exiguë pour un peu de repos, et proche du pari impossible s'il s'agit de mettre en marche un notebook avec l'espoir de s'en servir, nous voilà dans le difficilement supportable, sans même évoqué les risques pour la santé**. Si cela peut passer pour des touristes, vacanciers, routards ou globe trotters qui auront à l'arrivée du temps pour récupérer, il n'en va pas de même pour qui doit travailler sitôt débarqué, dans des déplacements à répétition.  

 

Certaines compagnies aériennes ont depuis longtemps bien compris ce critère qui appelle de véritables stratégies. Air France a seulement assez récemment mis en place à son tour une classe économique "Economy Premium", nettement plus abordable (photo) que les "Business" et "First" "plein pot", mais avec des aménagements qui, selon nous, ne sont pas encore optimisés. Si longueur (pour les jambes) et équipements techniques comme multimédia constituent une approche correcte ("40 % d'espace supplémentaire par rapport à la cabine Economy" revendique la compagnie) , il reste quelques progrès à faire en largeur, le client (passager), même si c'est déjà mieux, restant quand même entre deux séparations bien raides. La séparation entre paires de fauteuils étant fixe, impossible de la soustraire si, ce qui arrive parfois, un siège voisin n'est pas occupé (et commode pour les passagers voyageant en couples, mais nous sommes aux frontières de ce qui ne nous regarde pas). Voilà des éléments, dimensions clairement exprimées incluses, qu'il serait bon de trouver dans les propositions au stade des recherches pour réservations. (Toutefois, reconnaissons que les sites de nombreuses compagnies, dont Air France, montrent et décrivent leurs aménagements, mais pas toujours avec ces chiffres, tels que l'écartement entre sièges, mesuré en pied, comme les écrans plats...!)

 

* Comme La Lettre de DVSM en faisait la chasse pour ses lecteurs, allant parfois jusqu'à des Business Class à 50% du tarif normal.

** Des problèmes de circulation veineuse pouvant survenir lors de stations assises de plusieurs heures (bas de contention hautement recommandés à tous âges pour plus de 5 heures de trajet aérien). L'atmosphère très sèche dans un avion pressurisé impose aussi de boire de l'eau abondamment (minium 1 litre pour tranche de vol de 6 heures, pour éviter des troubles urologiques), mais surtout pas d'alcool. 

 

 

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- C'est un avis
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :