Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Entre "radioamateurs" et amateurs de radio, pas de confusion possible. Si certains se contentent d'écouter les tubes du moment, d'autres persistent dans leur dada consistant à exploiter les propriétés physiques offertes par l'éther…(rien à voir avec le fait de sniffer…!)

 

- DVSM, février 2019. Savez-vous ce qu'est "l'effet Luxembourg"…? Avez-vous eu l'occasion de confectionner un "doublet demi-onde"…? Avez-vous succombé, dans le calme enchanteur d'une nuit bien noire, au charme enivrant  du "fading"… Autant de termes que les moins de… oublions les calculs, les jeunes et les même les déjà moyens jeunes ne connaissent pas. Ce vocabulaire nous transporte vers une époque où la radio, ou TSF, était une forme d'évasion. Avec un récepteur multi-bandes, et au gré des ondes courtes, tournant doucement, très doucement, le gros bouton de syntonisation (en clair, actionnant un condensateur variable pour ajuster le plus finement possible l'accord sur une longueur d'onde), sortaient des voix venant de l'autre bout du monde. La Chine, l'Australie, la très hermétique Union Soviétique… Au-delà de ces réceptions, certains ont même cherché à entrer en contact avec d'autres individus, eux aussi à des distances donnant du concret à ce que furent longtemps les dimensions de la planète. Avec des stations d'émission-réception, dont l'usage leur était permis grâce à une licence (et un petit examen technique) ils ont cherché et réussi ces liaisons, confirmées à leurs éphémères correspondants par des cartes envoyées via les services postaux. Que se disaient-ils, ces radioamateurs…? Rien, ou presque, car leurs conversations devaient se limiter à des échanges techniques. Ce qu'ils se disent toujours, car c'est leur loisir favori. Il faut lire ce qu'en dit KELEREPUS, le site cousin de dvsm.eu.

 

Impossible d'éviter ce petit commentaire, en relation directe avec le quotidien du numérique, des réseaux, du sans contact, des Wi-Fi, Bluetooth, et autres subtilités si banales et si méconnues. Ces radioamateurs savent par exemple ce que sont les propagations hertziennes, dont la qualité est tributaire de nombreux facteurs allant des activités solaires à la météo en passant par les obstacles invisibles et les sources d'ondes parasites, parfois issues d'une simple vis raclant un support métallique. Ils savent ce qu'est un conducteur et comment se comporte des courants de fréquences élevées qui s'y propagent. En résumé, ils n'ont pas perdu, comme c'est parfois le cas chez des praticiens du numérique, ce que sont les fondamentaux de l'électronique, elle même fille naturelle de l'électricité.

 

 

 

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- Electroniquement...!
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :