Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le récent Salon de la Radio a pulvérisé ses records de fréquentation. Un signe qui ne trompe pas.

 

- DVSM, février 2019 – Le plus ancien des moyens de diffusion d'information et de divertissement bouge…! Alors qu'il n'avait pas trop évolué, tous comptes faits, depuis l'arrivée de la FM (dans les années 60…!) et l'explosion des radios dites libres, et en réalité radios privées commerciales (en FM), au début des années 80, l'onde du numérique semblait passer au-dessus de la tête de cet étrange chose ressemblant à une télévision dont on aurait réussi à retirer l'image (comme l'affirmait un humoriste). Toutefois, il ne faudrait pas limiter la vision de cette radio à des critères seulement techniques. Depuis ses séculaires prestations, souvent faites de "radio-concerts" suivis de… "radio-concerts", la radio a bien plus évolué au fil des années par rapport à tout ce qui tournait autour d'elle que par ses propres transformations matérielles.

 

A l'orée de la crise de 1929 aux USA, plus de 10 millions de foyers étaient équipés de postes de TSF. Les axes de son exploitation, déjà largement financée par la publicité, pourraient être qualifiés d'étrangement modernes. Entre reportages sportifs et début d'intégration dans une automobile, elle-même bien jeune, tout est resté globalement dans les mêmes concepts jusqu'à la naissance d'une redoutable concurrente, la télévision. Celle-ci a incontestablement dévoré certaines des facettes importantes de cette téléphonie sans fil. En soirée, par exemple, les ménages se retrouvaient volontiers jusque dans les années 50 autour du récepteur pour écouter des programmes d'une grande diversité (en France, des jeux tels que Le Crochet Radiophonique ou le "Quitte ou double", des "dramatiques" ou feuilletons que l'on appellerait aujourd'hui "séries", comme les inoubliables Maîtres du Mystère…, des variétés, des chansonniers…). Mais le téléviseur a changé les habitudes. Le soir après le repas (et même pendant), on n'écoute plus, on regarde. Ce qui n'a toutefois pas suffi à tuer la radio, laquelle a l'avantage de pouvoir se consommer tout en faisant autre chose. On l'écoute en conduisant sa voiture, en se rasant, en cuisinant, repassant… Autre évolution d'usage, quand on est ado, dès les années 60, la radio devient le média de certaines tranches d'âge ou sociales, en la circonstance les ménagères dans la journée, ou la jeunesse qui, après l'école, le lycée ou le collège, consomme chez nous du Salut les Copains, dans la tranquillité d'une chambre. Dans cette longue métamorphose, si la technique a apporté confort et qualité, elle n'a pas réellement changé les habitudes qui, en revanche, se remodèlent désormais fortement avec la génération du numérique. Toujours à cause des usages...

 

Avec près de 7.500 visiteurs (une progression de 40% en un an...!) le Salon de la Radio qui s'est tenu récemment à la Grande Halle de la Villette (Paris), le constat s'impose. Le changement irréversible devient très mobilisateur. D'où cette affluence, exclusivement de professionnels, tous globalement attentifs à des changements, dont au moins trois dominent. Tout d'abord, la radio s'écoute désormais sur une multitude d'équipements (et de ce fait, dans des lieux et des modes de plus en plus variés). Récepteurs classiques, smartphones, autoradios, radios sur IP, ordinateurs, tablettes, téléviseurs… Ensuite, débarquent doucement des vecteurs de diffusion nouveaux, comme par exemple les radios sur Internet, ou encore les diverses facettes du streaming (flux continu) ou les podcasts.* Enfin, ce remue-ménage entraîne des conséquences fort concrètes, comme le défi de ne pas laisser s'éparpiller les audiences, clés de voûte des recettes publicitaires, tout en s'adaptant aux rapprochements fusions et autres formules canalisant vers ce domaine des acteurs puissants. Ces évolutions ne sont pas seulement vécues sur notre territoire. Elles se retrouvent en de nombreuses localisations géographiques, avec en prime des initiatives dans des régions du monde dites émergentes, qui ne sont pas sans rappeler les approches de la téléphonie observées il y a quelques années, avec des territoires passant directement à la formule "portables" là où des réseaux filaires n'avaient pas été installés auparavant.  

Le prochain Salon de la Radio se tiendra aussi à la Villette, du 23 au 25 janvier 2020.

* Encore faut-il tenir compte de ce qu'une proportion très importante d'individus ne comprennent pas trop ce que sont ces nouvelles voies de diffusion, ni comment y accéder. Tout professionnel de cet univers de la radio devrait se promener un samedi après-midi dans quelques magasins et rayons spécialisés et demander aux chalands s'ils savent ce que sont les podcasts et comment s'en servir. 

 

 

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- TV-Radios-Medias-Net

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :