Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Faut-il dans un point de vente proposer des produits au look et aux fonctions d'une autre époque…? Même certaines nostalgies connaissent des hauts et des bas…

 

- DVSM, janvier 2019. Les 60 ans de la Mini, (l'automobile), qui vont être fêtés dès le début de 2019, constituent un symbole parmi d'autres caractérisant une vague et une vogue qui tranchent avec les avancées du numérique. Il y avait pourtant beaucoup d'inventivité dans cette petite auto britannique apparue en 1959. L'ensemble des solutions techniques qui y étaient rassemblées constituaient ce qu'aujourd'hui, dans bien des domaines, on baptise "concepts". Elle était aussi une concrétisation de ce qu'en cette époque, un monde osait,  en pleine effervescence retrouvée (15 ans après la guerre), mélangeant techniques, mode et styles de vie.

 

La Mini est une automobile née et ayant grandi avec pour environnement le développement du disque, du rock-and-roll, de la mini-jupe, des radios jeunes (et débuts de la FM), de l'avion pour tous, de la télévision et mille autres signes d'une époque de renaissance vigoureuse suite à deux et même presque trois décennies épouvantables. En effet, la guerre 39-45 qui a culminé dans l'horreur n'a pourtant pas constitué la seule période sombre entre les années 30, perturbée par les séquelles de la crise américaine de 1929 et 1959, date de naissance de cette petite populaire. Le conflit social de 1936, la dégringolade démographique d'avant-guerre (en France notamment), puis les conflits post-coloniaux ayant frappé plusieurs nations européennes (et pas seulement la France avec l'Indochine puis l'Algérie, puisque la Grande Bretagne a vu son Empire se détricoter, la Belgique perdant son Congo, etc.). Bon, on ne va pas re-raconter ici toute l'histoire.

 

 

Les leçons de la Mini* sont-elles oubliées...? Possible. Car cette petite automobile conçue d'abord comme une nouvelle populaire, économique, donnant dans un petit format certains des services rendus par des véhicules plus grands, apparaît avec le recul comme un modèle de simplicité. Un critère visiblement et coupablement oublié par de nombreuses industries presque 20 ans après l'an 2000. À croire qu'à présent, plus une nouveauté est compliquée, que ce soit en conception ou pour son utilisation, plus elle passe pour être géniale. Une erreur monumentale quotidiennement démontrée par l'immense quantité de fonctions que l'utilisateur ordinaire ne cherche même pas à exploiter. Si la musique haute résolution constitue une avancée qualitative bien réelle, elle n'est pas si simple, surtout comparée à la lecture (à bout de bras…) d'un microsillon. Que cherchent les consommateurs à travers le rétro…? Cette simplicité, l'ambiance d'un style de vie ayant généré une certaine nostalgie…? Un peu tout ça, probablement. Il reste que sur le terrain, les convictions semblent diverger. Dans certaines enseignes, plus la moindre trace de ces looks d'hier, mais dans d'autres, le passé reste extrêmement présent.

* Détail à noter: une Mini d'époque, et jusqu'aux nouvelles versions créées suite à la reprise par le groupe BMW, est d'un accès fort peu confortable pour les morphologies actuelles. Les tailles moyennes de nos semblables se sont en effet "optimisées", en hauteur comme en largeur (conséquence de l'alimentation des individus depuis leur naissance). Les professionnels de l'habillement ont depuis longtemps adapté les tailles à cette nouvelle… dimension du marché. La Mini n'était pas la seule à n'offrir qu'un espace mesuré. Le 149 cm de large d'une 2CV Citroën sont également frustrant pour des gabarits courants de 2019.

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- C'est un avis
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :