Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

En fait de costume, nous voici au pied d'un nouveau style, celui du gilet jaune. Le mécontentement est en marche…

 

- DVSM, novembre 2018 – Qui ne se souvient de ces bonnets rouges qui, voici quelques années, ont conduit un pouvoir à faire demi-tour sur une intention pourtant bien arrêtée…? Arrêtée, c'est le mot juste, et non sans dégâts, les portiques installés à grands frais (pour collecter les données de passages des poids lourds afin de leur appliquer un péage) étant à mettre dans la colonne de l'argent perdu pour avoir fiscalement voulu trop en gagner. Une leçon qui semble avoir été mal retenue.

 

La mauvaise humeur de ce 17 décembre 2018 est interprétée comme une réaction au coût des carburants. Analyse un peu trop succincte. Elle est peut-être beaucoup plus, concrétisant le signe d'un débordement de vase qu'une goutte de trop a laissé filer. Le rappel de cet épisode des bonnets rouges (et peut-être aussi de mai 68, que rien ne laissait pressentir ne serait-ce qu'un mois plus tôt) devrait remettre en mémoire à tous ceux qu'un tel avertissement concerne que lorsque l'emballement se déclenche, rien ne peut plus l'arrêter. Au-delà d'une grogne magnifiée pour du fuel ou du gasoil à prix excessif, un détail aggrave le ressenti. Il s'agit bien sûr de cette mauvaise excuse d'un supposé sauvetage de la planète, argument qui, s'il n'est pas totalement faux (encore faudrait-il le démontrer…), prend l'allure d'un véritable pied-de-nez au bon sens de tous.

 

Au fil des heures, et alors que voici seulement quelques jours, les blocages semblaient se projeter d'une manière limitée, l'étendue de l'événement s'annonce colossale. Certes, nos dirigeants n'ont pas eu de chance. Les taxes ajoutées à la pompe se sont superposées à une envolée du brut créant un effet cumulatif catastrophique. Effet amplifié par les affirmations de ces même dirigeants, affirmant comme par un plaisir sadique que la surtaxation va très vite s'amplifier. Il fallait être dans une totale somnolence pour ne pas deviner que cette cerise sur un gâteau déjà indigeste, avec des taxes d'habitation qui, en fait de suppression, augmentent, des revenus de retraités bloqués, des CSG imitant la grenouille de la fable, etc., ne finiraient pas par déclencher l'ire populaire.

 

Dans bien des zones commerciales, la fermeture, ou plutôt la non ouverture, s'adopte au fil des heures. C'est un week-end cruellement perdu pour les zones géographiques où l'ouverture dominicale reste prohibée. A l'aube de la belle saison du commerce, voilà au moins une bonne raison supplémentaire de comprendre qu'en hauts lieux, la vision des réalités est passablement déformée. Trois ou quatre mois plus tard, l'impact eut été moins aigu. Lors de la totalité de nos très récentes visites quotidiennes dans la distribution, grande ou spécialisée, au gré des régions, une très faible fréquentation était relevée par tout interlocuteur. Le CA du mois en cours ne manquera pas de subir les effets de cet épisode. Encore bravo...!

 

 

 

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- Eco-conjoncture
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :