Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La musique oubliée ou négligée…? Affirmatif, en dépit des usages très intenses entre streaming et le son jadis "hi-fi", devenu "High-Res"… Gros gaspillage de possibilités...!

 

- DVSM, éte 2018 – L'été est revenu, et avec lui la cohorte des festivals et autres concerts. Des événements qui se caractérisent tous par un point commun. Ils attirent des foules considérables. L'individu, au sens le plus large, adore écouter de la musique. Et pourtant, cette réalité ne provoque pas des élans d'offres et de ventes dans les rayons de la distribution à la hauteur de ce qu'il serait possible de réaliser. Ce qui n'est pas nouveau. Déjà, lors des "grandes époques" de la hi-fi, les taux d'équipements et les ventes de matériel n'ont jamais été  propulsés vers des sommets vertigineux. Certains lecteurs ne manqueront pas de réagir à ces affirmations. Comment oser les inscrire noir sur blanc, quand on sait le nombre de baladeurs, de petites chaînes, de casques et oreillettes, de mini-chaînes, d'équipements dits d'audiomobile (pour l'auto, after-market et monte d'origine) et autres qui ont été vendus au fils des années…?

 

Tout simplement parce qu'il y a musique et musique, et surtout écoute et écoute. Il n'est naturellement pas question d'évoquer des styles ou des genres, l'opéra face au jazz, le rock face à la rumba, Chopin face à Louane, etc. mais de la manière dont elle se perçoit, se vit, se déguste. S'il est facile de souligner la faiblesse de la présence de matériel de haute qualité dans de nombreux rayons, y compris de points de vente se targuant d'être spécialistes, les origines plus fondamentales de cette situation se situent en amont.

 

Notre système éducatif (le "grand mot"), qui a aujourd'hui d'autres défis à relever, bien plus importants (compte tenu de l'état catastrophique de la maîtrise de notre langue), n'ouvre le regard des jeunes, enfants et ados, aux facettes culturelles presque que sur la littérature. La musique est le parent pauvre*, comparé à ce qui s'observe dans d'autres pays. Non seulement très rares sont les enfants et adolescents initiés à la pratique d'un instrument de musique et donc du solfège, mais l'écoute est elle-même également largement ignorée ou presque (laissons un espace aux exceptions). Ce qui est partiellement compensé par les conservatoires et écoles de musique, qui n'attirent que des volontaires.

 

De ce fait, dans l'Hexagone, le marché des instruments dédiés au grand public est fort limité. Le tissu de point de vente consacré à cette activité s'adresse presque exclusivement à une clientèle d'amateurs avertis ou de pros ou semi-pros, dans des contextes totalement impropres à séduire le public, en général non initié et qui le restera… Or, chaque année, les festivals d'été laissent entrevoir un probable gisement de clientèle inexploité, non pas avec la totalité des spectateurs, mais une fraction non négligeable. Ils écoutent, ils aiment, pourquoi n'oseraient-ils pas jouer, ou au minimum, mieux écouter…?

 

La découverte d'une bonne écoute –éventuellement "décryptée- par trop absente des grands circuits de distribution parachève ce champ culturel laissé stupidement en jachère. Mais, pour compenser l'essoufflement certains créneaux, ne voit-on pas des GSS vendre des bicyclettes électriques, des trottinettes, de la "glisse urbaine"… Et pourquoi pas des bétonnières…?

 

* L'art pictural est aussi fort délaissé...

 

 

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- C'est un avis
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :