Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

On ne se bat plus guère sur le front des droits qui agitaient les univers de la musique et des images.

 

- DVSM, août 2018 – Et pourtant, les prélèvements obligatoires sont toujours là. Comme le rappelle cette petite ILV dans le rayon des mémoires de masse d'une GSS dont nous tairons le nom, mais dont celui-ci évoque l'odeur d'une baguette fraîche et encore chaude. Croustillante aussi cette "survivance" qui ne se comprenait déjà guère* quand les supports vierges se vendaient comme des petits pains. Mais aujourd'hui, les volumes se sont évaporés dans des proportions colossales.

Le streaming (écoute en flux continu) est passé par là, et avec lui, s'est ouverte une époque où, hors de la piraterie bien réelle (qui ne saurait, légalement, justifier un quelconque prélèvement), toute taxe est désormais un pied de nez à ce qui est légal. Les utilisateurs ne stockent plus. Pour des sommes modérées, ils accèdent à des plateformes sur lesquelles ils écoutent ou regardent ce qu'ils veulent. Et les ayant-droits ne sont pas lésés, puisque ces plateformes rémunèrent les contenus mis à la disposition des amateurs de musique, de films ou de séries. Et comme cela était déjà le cas voici quelques années, c'est d'une manière encore plus insupportable que ceux qui font des photos ou de la vidéo (voire la comptabilité de leur PME), et donc ne vont pas voir et revoir des contenus dont ils sont les auteurs en streaming, sont malgré tout ponctionnés. Lamentable…

 

* On se rappelle des annulations répétées par le Conseil d'Etat des décisions de prélèvements d'il y a quelques années.

 

 

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- Grrr...! et cartons rouges

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :