Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est une bourrasque de mauvaises nouvelles qui s'abat sur ces seniors qui, il n'y a pas si longtemps, étaient pourtant décrits comme d'excellents soutiens de la consommation…

 

- DVSM, août 2018. Les vents mauvais soufflent sur les retraités. Avec un superbe toupet, des observateurs qui se croient informés et qualifiés les décrivent comme les membres d'une génération qui a bien vécu, et en résumé, s'en sont mis plein les poches. Pas encore des voleurs, mais qui sait, avec le temps…? Donc ils peuvent, et vont passer à la caisse. C'est oublier que, souvent au travail dès les années 60 et 70, ils ont connu (sans broncher) les semaines d'au moins 40 heures, ont eu moins de congés payés, et n'avaient guère l'idée de parler de pénibilité au boulot, le travail non pénible n'ayant pas encore été inventé à cette époque.

 

Payer, ils ont commencé, avec la CSG. Il leur est désormais clairement annoncé que leurs retraites augmenteront moins vite que l'inflation. Et en hauts lieux, plus personne ne conteste le fait que leur pouvoir d'achat va fléchir. Bien des politiciens qui ne cessent de parler de l'avenir que l'on prépare à nos enfants feraient mieux de songer au présent qui se configure pour les parents (et grands parents). Lesquels, en passant de la vie active à la condition de retraités, subissent des effets rarement évoqués. Ainsi, en plus de la ponction de la CSG, il ne faudrait pas oublier que la mutuelle santé complémentaire, obligatoire en entreprise, est à la charge de chaque individu lorsqu'il ne travaille plus. Alors qu'en revanche, s'il aura petit à petit, effets de l'âge, davantage de soins à assumer (mais n'oublions pas que les retraités cotisent), il ne fera en revanche plus jamais supporter à personne le coût, paraît-il excessif, d'un seul arrêt maladie.

 

Alors, cette vision d'une catégorie prête à s'offrir des voyages, des automobiles, des téléviseurs, des APN, des smartphones, bref, de nombreux biens, loisirs et services qui font le charme de notre époque, est à coup sûr une vision à pondérer. D'autant qu'en plus des coûts supplémentaires en tous genres qui se manifestent quotidiennement pour eux comme pour les autres, leur inquiétude explose. Plus question de consommer sans mesurer chaque dépense au microscope.

 

Si un jour l'EHPAD devient incontournable, les économies et le patrimoine les moins écornés possibles suffiront peut-être à ne pas ruiner les enfants. Tout cela est fort mal calculé, car malheureusement, ces générations sont les plus nombreuses, et l'intérêt de tous serait au contraire de leur laisser la possibilité de consommer dans de bonnes proportions, ne serait-ce que pour assurer assez de travail pour les générations plus jeunes et moins nombreuses. Décidément, l'arithmétique ne semble pas être une science réellement bien maîtrisée chez certains de nos décideurs.

 

 

Tag(s) : #- Eco-conjoncture, #- C'est un avis

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :