Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'information est gravement défaillante sur ce que sont les usines (ou unités de production) et sur leur destin inéluctablement éphémère…?

 

- DVSM, juillet 2018 – Cruelle, la vie industrielle…? A l'égard des emplois, certains ne sont pas loin de l'affirmer, sans le moindre doute à juste titre. Et pourtant, la plus cruelle des réalités vient davantage d'une inadmissible occultation de ce qu'est une "unité de production" (on ne dit plus tellement de nos jours "usine", mot sans doute considéré comme ringard). Discrétion ou manque de courage dans la communication…? A chacun de juger.

 

Une usine est un outil. Rien qu'un outil. Comme tout outil, non seulement il s'use, mais surtout, il est régulièrement mis hors utilité du fait de la création d'autres outils, plus modernes, plus efficaces. C'est le progrès technique qui, lui aussi, pourrait être qualifié de cruel. Cette évolution ne frappe d'ailleurs pas seulement l'outil, mais aussi ce qu'il sert à produire. Dans l'univers de l'électronique, nul besoin d'être spécialiste pour constater que le smartphone du quotidien n'a rien de commun avec ce qu'était un téléphone GSM d'il y a 20 ans. Et d'un bout à l'autre, la conception et la fabrication de l'objet d'aujourd'hui n'ont que peu de similitude avec ce qu'il en était pour les premiers mobiles. Si l'électronique apporte la sensation à la fois merveilleuse et effrayante d'une évolution extrêmement rapide, c'est sans doute du fait de son influence sur la vie quotidienne. Cependant, la plupart des autres secteurs de l'industrie en passent par des évolutions d'une ampleur très comparable. On ne conçoit, fabrique et utilise pas les automobiles actuelles comme celles d'il y a quelques années seulement. Même constat pour l'aéronautique, l'outillage, le meuble, l'agroalimentaire, le secteur médical, le BTP, etc. Les exemples pourraient être innombrables.

 

Bien plus cruelle est cette très mauvaise habitude qui consiste à ne pas tenir conscients les actifs de cette inéluctable mais très naturelle évolution permanente, à laquelle il est indispensable de se préparer. Certes, certains salariés parviennent à se maintenir durant des périodes fort longues, 20, 30 ans et plus, chez des industriels (ou autres formes d'entreprises), confortant une idée désormais généralement inexacte d'un emploi qu'il serait possible de maintenir à vie. Il s'agit pour ces personnes d'une chance que ceux qui ont souvent eu à rebondir dans leur carrière savent apprécier mieux que d'autres. Même dans des activités pratiquées par des groupes très anciens, voir séculaires ou plus, l'effet des évolutions est incontournable. Ceci d'autant plus qu'au fil des ans, la concurrence s'est propagée au niveau de la planète. Les récentes turbulences sur le commerce international viennent aussi de mettre en évidence la dangerosité de certaines facettes des dispositifs protectionnistes. Ce qui ne signifie pas que se préparer à tout moment à changer son fusil (professionnel) d'épaule soit un exercice aisé et anodin. Deux facteurs le rendent plus complexe que d'autres. L'un est cette non préparation. "Chaque jour, je me suis dit, et en constituant par écrit un véritable dossier constamment remis à jour, que ferai-je demain si mon job actuel flanche…?" explique un jeune retraité, qui ajoute qu'il a bien connu quelques frayeurs, mais que grâce à cette méthode, il a accumulé "zéro jour de chômage".

 

Le second facteur, qu'aucun individu ne peut maîtriser seul, est la situation de l'emploi, problème sur lequel les responsables de notre inimitable Hexagone, au plus haut niveau, ne se penchent et ne s'investissent pas assez. La vraie cruauté ne serait-elle pas plutôt là…?

 

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- C'est un avis
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :