Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Non, les importations ne sont pas des sources d'évaporation de notre argent et de nos emplois, mais elles participent positivement à notre activité économique. Chassons les idées fausses.

 

- DVSM, juillet 2018. – Pas facile, au cœur d'une ambiance très influencée par un retour des tendances au protectionnisme les plus archaïques et après des années de discours plutôt hypocrites à propos d'un tout "Made in France" qui serait la réponse à nos nombreux et éternels soucis. Le combat n'est pas nouveau. Néanmoins, la FICIME*, avec notamment le soutien du SECIMAVI**, vient de revenir sur ce sujet, avec des repères concrets.

 

Dans ce sens, et sous la houlette de son Président, Alain Rosaz, une étude a été conduite par le cabinet ASTERES, faisant un tour de la question chiffré et très explicite sur le rôle positif des importations dans notre économie. Une plaquette bien documentée a été éditée, à télécharger ci-dessous, tandis qu'un communiqué faisant la synthèse de cette initiative est également à télécharger ci-dessous.

 

Non, les importations ne privent pas notre territoire d'une quelconque activité économique. Elles en apportent même un potentiel non négligeable car, une fois les produits arrivés sur notre sol, c'est toute la chaîne de la diffusion, de la promotion, des services induits et des utilisations qui se met en marche. L'électronique a depuis fort longtemps été l'un des symboles de cette importation dénoncée par des acteurs politiques, ne voyant souvent pas plus loin que le bout de leur prochaine campagne. On se rappelle (les plus jeunes l'auront sans doute appris depuis) qu'il y a pile 35 ans, nos dirigeants avaient choisi d'élever des barrières douanières officieuses d'un goût douteux pour tenter de contrer ce qu'ils estimaient être la cause du chômage et du déficit du commerce extérieur. Dans le collimateur à cette époque, le magnétoscope était devenu politiquement le symbole de cette conviction erronée. Tenu de transiter par un bureau de douane installé à Poitiers (ville que l'on sait pile sur le trajet depuis le Japon), il fut de fait bloqué durant plus d'une année, ce qui n'a pourtant pas permis de créer une chimérique industrie de l'EGP de chez nous et sur notre sol, mais a en revanche considérablement pénalisé le marché, celui des magnétoscopes, certes, mais aussi de la vidéo au sens large. Du fait d'un retard en taux d'équipement comparativement à nos voisins européens, le secteur des contenus en fut lourdement et durablement pénalisé, dont le cinéma, alors que l'Hexagone était l'un des rares pays à avoir encore une industrie cinématographique très active.

 

C'est une réalité, la plupart des équipements électroniques et numériques sont produits en Asie. Il ne s'agit pas seulement des conséquences de l'exploitation d'une main d'œuvre bon marché, analyse simpliste que certains supposés économistes, habitués des talk-shows TV, continuent à colporter. Comme jadis dans certaines de nos régions, des zones géographiques, des régions du monde ont conquis des créneaux en cumulant savoir-faire technologique et compétences humaines. Ainsi, avaient jadis prospéré le textile dans le nord, la sidérurgie en Lorraine, les lunettes dans le Jura, les couteaux à Thiers ou Laguiole, les mouchoirs à Cholet. Il fallait dans ces temps déjà lointains 10 à 12 heures de chemin de fer pour aller de Paris à Marseille, à peu près le temps de vol entre l'Europe et l'Asie aujourd'hui. Désormais, le savoir-faire en matière de logiciels est surtout californien, celui qui concerne l'électronique "hard" est asiatique. En France, des industriels savent construire des avions, des automobiles, des produits de luxe… Que l'on aime bien exporter… Pile et face…!

 

La position des industriels et de leurs organisations qui adhèrent à la Ficime est on ne peut plus justifiée. Mais y donner de l'écho n'est pas tâche facile, tant elle est confondue médiatiquement avec une attitude incorrecte, voire antipatriotique. Pas besoin d'importer de la stupidité, il y en a chez nous à revendre…!

 

* La FICIME fédère 13 organisations professionnelles dans les secteurs des biens d’équipement, de la mécanique et de l’électronique grand public et professionnelle qui bénéficient d'une très forte représentativité sectorielle sur le marché français. La FICIME rassemble plus de 400 entreprises, principalement d’import-export, réalisant un chiffre d'affaires total estimé à plus de 40 milliards d’euros, représentant plus de 100.000 emplois directs en France et plus de 400.000 emplois directs, indirects et induits, notamment dans la distribution.

 

** Organisation professionnelle affiliée à la FICIME et regroupant de nombreux fabricants et importateurs des secteurs de l'électronique grand public et des biens de consommation durable, le SECIMAVI (Syndicat des Entreprises de Commerce International de Matériel Audio, Vidéo et Informatique) rassemble en son sein plus de trente d'entreprises -groupes internationaux ou PME- commercialisant des marques à forte notoriété. Ses adhérents sont des filiales ou succursales de grands groupes internationaux, ou des importateurs de matériel électronique, sociétés entrepreneuriales françaises. Les secteurs d'activité de ses adhérents couvrent l'ensemble des familles de produits de l'électronique grand public : produits informatiques (PCs, tablettes, disques durs), imprimantes, smartphones et téléphones résidentiels, téléviseurs, Home Cinéma, HiFi, audio portable, casques, autoradios, ampoules LED communicantes et électroménager. Le SECIMAVI représente un chiffre d'affaires de 12 milliards d'euros et 16 300 emplois directs.

 

 

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- TOUTE L'INDUSTRIE
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :