Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il n'y a pas que sur les prélèvements purs et durs qui pèsent sur l'économie de nos entreprises. Simple exemple…

 

- DVSM, juillet 2018 – Dans une petite zone d'activité du côté du 93 ou 94, peu importe*, la société dans laquelle travaille Maurice, un commercial très efficace, fabrique des "systèmes de compensation pour taupinaumètres", (enfin c'est ce qu'on a compris, nous la technique…). Du côté de Nantes, un client assidu voudrait bien "causer" des conditions. Maurice se dit que c'est l'occasion de prendre une belle commande programmée, cadencée, et se dit en même temps qu'il le décide.: "j'y vais". Et hop…! En voiture, quelques échantillons, quelques effets, le Coyote (indispensable) et cap vers cette belle métropole célèbre pour bien d'autres choses que seulement ses biscuits.

 

A Paderborn, sympathique ville moyenne d'Allemagne, Helmut est un peu l'homologue de Maurice. La société qui l'emploie offre, elle aussi, une belle gamme de compensateurs truc-machins et, après une petite réflexion, se prépare pour aller rencontrer un prospect prometteur à Berlin. Et le voilà parti. Maurice doit parcourir environ 410 à 420 kilomètres et, voyez comme notre hasard fait bien les choses, la même distance sépare Helmut de son probable –c'est comme si c'était fait- client berlinois.

 

C'est dans ce bout de chemin que deux missions qui pourraient se ressembler soudain divergent. Car si Helmut, après un parcours autoroutier dans histoire (sans même avoir à scruter les fourrés pour dénicher d'éventuelles jumelles jaugeuses de vitesse) se contente de se diriger directement vers le parking de son client, Maurice aura au préalable déboursé 37 euros de péage autoroutier (contre zéro pour Helmut, au cas où certains n'auraient pas vu cette différence). Même zéro pour le retour d'Helmut, et mêmes 37 euros pour le retour de Maurice, soit 74 euros nets pour la visite commerciale "made in France".

 

Certes, Maurice peut aussi dépenser "zéro", mais alors, comme l'indique le site d'un légendaire monsieur gonflé qui calcule les itinéraires, il lui faut éviter les autoroutes, ce qui transforme le trajet de 4 heures en une expédition de 8 à 9 heures…! De surcroît, avec ce choix, l'aller et le retour dans la même journée sont impossibles. Avec chambre d'hôtel, dîner, peutidèj, etc… Il y a peut-être des clients situés à mi-distance entre le 93 (ou 94) et Paderborn, susceptibles de devenir des cibles à la fois pour Maurice et pour Helmut. Ce seul détail du prélèvement autoroutier et ses incidences comptables suffisent à démontrer que l'offre de Maurice risque de ne pas tenir la route, ou d'être au minimum moins profitable. Et il se pourrait que de ce type de détails, il y en ait d'autres. Pendant ce temps, sans rire, certains montrent du doigt la firme francilienne de cette anecdote, dont ils se demandent ce qu'elle attend pour embaucher…

 

* Et du fait de ce qui va suivre, peu exporte…? Pardon, plaisanterie douteuse...

 

 

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- Grrr...! et cartons rouges
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :