Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les circonstances de certains directs rendent parfois très futiles les performances des meilleurs téléviseurs. Les clients pourraient-ils regretter des dépenses jugées déraisonnables…?

 

L'actualité la plus récente nous a involontairement offert des démonstrations mettant en évidence la difficulté, même pour des professionnels, de toujours réaliser des images excellentes. Au-delà des discours très enjoués à propos des performances des écrans, une réalité parfois laconique s'impose. Passe encore lorsque la qualité est "vintage" sur des programmes réalisés il y a plusieurs années, voire franchement historique. Mais quand le direct est en principe le rendez-vous du top du top, la réalité devient plus déconcertante.

 

Zoom royal en péril… Nous y voilà. Lors des retransmissions des cérémonies organisées à Londres pour l'anniversaire de la reine d'Angleterre, l'éloignement lors du rassemblement de toute la famille royale sur le balcon de Buckingham a cruellement mis en évidence les limites des zooms utilisés par les caméramans (et leur matériel). On aurait pu les croire tentant de montrer quelque chose dotés seulement de smartphones de milieu de gamme…! En réalité, toutes les techniques, en optique comme en numérique, ont des limites. Les dispositions prises pour ce direct, prévu de longue date et dans une topographie parfaitement connue, auraient été satisfaisantes si l'emplacement des caméras avait été plus rapproché de la scène à capturer. Résultat, des vues numériques instables, plus floues que nettes… Dire que lors du couronnement de cette même souveraine, en 1953, les images en couleurs proposées par les actualités (cinématographiques) étaient de qualité très correcte. Un paradoxe, quand les images venant des satellites parviennent à mettre en évidence des détails de seulement quelques dizaines de centimètres, et en comparaison de ce que réussissent à montrer les équipes chargées de couvrir certaines compétitions sportives. En général…

 

Mondial, du clair à l'obscur… En général seulement car dans l'univers du sport, le piège n'est pourtant pas exclu pour ces opérateurs. Lors de la première rencontre livrée par les Bleus, contre l'équipe d'Australie, c'est l'ombre et la lumière qui ont joué les perturbatrices. Un soleil étincelant jetait sur la moitié du terrain de jeu (dans le sens longitudinal, qui plus est…!) un niveau entraînant les capteurs à la limite de la saturation côté ensoleillé, l'autre moitié, à l'ombre des tribunes (photo), jetant le premier plan dans une quasi pénombre très inconfortable. Ce qui est à la fois compréhensible (la photo numérique comme la vidéo ayant encore à bénéficier de sensibles progrès techniques) mais démoralisant pour des utilisateurs venant de casser leur tirelire pour un superbe écran, comptant sur ce mondial pour voir le summum de cette qualité si largement vantée. Vivement des rencontres en nocturne, avec des stades éclairés artificiellement…

 

 

 

 

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- TV-Radios-Medias-Net
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :