Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il y va en particulier du respect du public TV, sans lequel la vie économique du football n'aurait plus rien de commun avec ce qu'elle est aujourd'hui…

 

- DVSM, juin 2018 - L'important, est, ou serait-il de gagner…? Pas seulement. C'est ce que semble parfois oublier le petit monde du foot professionnel, joueurs et entourage. Les rencontres préliminaires du Mondial 2018 ont été pour certains presque aussi efficaces que bien des somnifères. Et qui plus est assez décevants et même inquiétants pour le public français qui espère beaucoup des 23 individus sélectionnés pour la compétition sur 67 millions de compatriotes. Les commentateurs sur les médias n'ont d'ailleurs pas ménagé leurs critiques sévères dans ce sens. Viennent alors les explications, ou les excuses… Il n'y aurait pas d'enjeu, donc on ne prend pas de risque… Mouais… Toutefois, n'y aurait-il pas également des spectateurs, ceux qui vont dans les stades, mais aussi et surtout les millions d'autres restés devant leurs écrans, parfois de très beaux et coûteux équipements, achetés pour l'occasion. Ne nous y trompons pas, ce qui fait vivre le football, en France comme ailleurs, c'est avant tout ce public de la télévision. Il permet aux opérateurs (chaînes TV) d'enregistrer de bonnes audiences, et donc de vendre beaucoup de publicité, le nerf de la guerre. Si les joueurs, entraîneurs et sélectionneurs peuvent s'offrir les plus beaux cabriolets du monde, vivre dans des palaces et recevoir des émoluments astronomiques, c'est grâce à ce public, ces audiences, ce commerce d'espaces de communication.

 

Des espaces de pub qui ne devraient d'ailleurs pas être dénoncés, ainsi que cela se produit trop souvent, comme le reflet de comportements honteux, ce fameux et insupportable dédain de l'argent, "du fric" disent les plus véhéments. Derrière les annonceurs, il y a des millions de personnes qui ont des emplois que la notoriété des marques qui les emploient alimente en travail quotidien. Ce dont bénéficient même ceux qui, c'est permis, ne s'intéressent pas au ballon rond, ne serait-ce que par les prestations sociales (dont le système de santé) auxquelles contribue largement cette activité économique de haut niveau.

Ne pas tout faire pour que ces professionnels triés sur le volet offrent, sans mettre en péril les enjeux, la part de spectacle que les amateurs attendent en allumant leur récepteur, même pendant les rencontres de première phase, est une sorte de petit larcin indigne, témoignant d'un curieux et coupable éloignement des réalités. Enfin, c'est un avis…

 

 

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- C'est un avis
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :