Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il y avait des "accidents de parcours", mais désormais, c'est une tendance, sans doute lourde, qui s'observe. Le monde des grands salons vacille.

- DVSM, mai 2018. - Trop chers, trop nombreux, pas assez d'impact, les industriels et exposants sont de plus en plus nombreux à déclarer forfait. Il y a quelques jours, c'est le plus grand des plus grands, toutes catégories confondues, et numéro un mondial en nombre de visiteurs, qui vient de se prendre ce qu'ailleurs on appelle familièrement un "râteau". Le salon de l'auto de Paris, qui s'est... auto rebaptisé "Mondial", déplore pour sa prochaine édition une défection majeure de plus. Volkswagen ne viendra pas. Et la liste des absents commence à s'allonger. Question: les visiteurs vont-ils venir encore aussi nombreux s'ils comprennent que le nombre des vedettes à admirer tend aussi sérieusement s'émousser...?

Pas que l'auto, tous les produits. Ainsi, le cas de l'automobile à Paris n'a rien d'unique. Ses homologues en d'autres lieux subissent les mêmes déboires, avec le plus souvent une lancinante excuse qui se résume par une absence de nouveauté au moment de l'événement. La véritable raison est plus terre à terre. Le coût, qui s'est considérablement accru, n'est plus justifié en regard du CA réalisé. Coût et désorganisation, car les commerciaux et de nombreux cadres sont mobilisés. Outre la facture des stands proprement dits, surface et aménagements inclus (la folle compétition du grandiose n'a rien arrangé) ce sont aussi très souvent des quantités de billets d'avion, de notes de taxis, de nuits d'hôtels, de frais de bouche, des cocktails ou réceptions, qui alourdissent la tartine. Ce qui est aussi ressenti dans la plupart des autres secteurs industriels, électronique, photo, électroménager, etc.

Les organisateurs ont en outre mal géré un détail essentiel. Avec leurs "keynotes" et les présentations pour la presse et les professionnels, composantes qui se tiennent avant l'ouverture des événements, quand la fête commence, elle est déjà finie, tout étant déjà dit. Le risque est désormais de voir la tendance s'emballer. Nombreux sont les exposants qui, depuis longtemps, viennent plus pour "ne pas être absents" face à des concurrents qui... ont exactement la même attitude. Nombreux sont les grands salons se retrouvant aujourd'hui à la merci de quelques coups de fils véhiculant un message fort simple, "si tu n'y va pas, je n'y vais pas non plus". Tout cela alors que par ailleurs, l'appétit des visiteurs ne semblait pas faiblir. Bizarre, ces grands "managers" de l'industrie qui n'attachent d'importance à rien d'autre que de la rencontre avec les décisionnaires de deux ou trois centrales d'achats majeures, ou quelques gestionnaires de très grandes concessions...    

 

                     

 - Direct vers KELEREPUS, le blog des loisirs + techniques - 

- A Chelles, belles anciennes - Un compact presque expert

-  Diesel, la possible réplique... - Autos de collection mieux que le Livret A

 

- D'autres infos sur ITnumeric

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- Expos et salons
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :