Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tout semble irréversiblement coincé sur un supposé problème de production de l'énergie, alors que le souci ne concerne que son stockage...!

 

DVSM, mars 2018 - Les obsessions ont la vie dure. Et elles provoquent bien des dommages. Le dernier en date à propos de l'énergie concerne les moteurs diesel. Qualifié de pollueur absolu, tout est fait pour tenter de l'éliminer. Mais à peine recule-t-il dans la consommation que son excellent rendement, et donc l'intérêt de la consommation réduite qui en résulte, tend déjà à s'émousser. Les gaz à effet de serre reprennent du poil de la bête, à cause des moteurs à essence de l'automobile qui consomment davantage de carburant, à puissance équivalente.

Ceci n'est que le côté folklorique d'un problème majeur abordé d'une manière grotesque, en dépit du sérieux présumé de tous ceux qui sont supposés le gérer. En tête, les états qui font ce qu'ils peuvent faire, à savoir réglementer et fiscaliser. Ceci en relation étroite avec de multiples paramètres, allant des situations de leurs finances publiques aux soucis de réélection de certains de leurs ténors.

 

En France, tout ce qui concerne la technique de l'automobile dépend depuis des décennies d'une interminable préoccupation fiscale, tant en ponction inventées ou alourdies qu'en allègements à vocations multiples. L'Hexagone n'est pas une exception, mais son cas reste dans la catégorie des "graves à très graves", tant les méandres de ses initiatives sont indémêlables (vignettes, jupettes, fiscalité gazole, etc.) 

 

Toutefois, l'erreur dépasse la cadre de l'automobile et s'est propagée telle une épidémie à une planète où d'ailleurs, tout oscille entre ceux qui prennent tout trop au sérieux en matière d'énergie et d'autres qui, plus ou moins ouvertement, s'en moquent comme de leur premier baril. Alors, on cherche l'énergie de remplacement. Sur et sous terre, en plein soleil, en plein vent, dans les déserts ou au milieu de l'océan, du haut des montagnes ou dans le sous-sol… Et cela fuse de tous côtés, avec une découverte à la mode de Monsieur Jourdain.: il existe mille et un moyens de produire de la puissance. Hélas, la difficulté n'est pas de la produire, mais de la conserver pour s'en servir quand on en a besoin, au bon endroit.

Malheureusement, côté stockage, bien peu de voies intéressantes sont explorées. Rien ne semble motiver les… énergies, à part les sempiternelles solutions électriques, à travers des accumulateurs dont on ne parvient pas transcender les aptitudes. Que ce soit en termes de recharge, de quantité de courant accumulé, de rendement en décharge (et charge également), et d'élimination à la fin d'une vie assez courte, rien n'est satisfaisant. Même en imaginant des avancées spectaculaires (une multiplication par deux, trois, quatre, des performances actuelles, le compte n'y sera pas. Ainsi que cela a déjà été souligné dans ces pages, il existe des pistes autres, notamment via la mécanique et ses dérivés*. Mais cela n'intéresse personne. Alors si tout le monde s'en fout, moi, que voulez vous…! Y.D.  

* Des gibiers doucement rôtis sur les broches de cheminées dans nos vieux châteaux aux montres et aux horloges en passant par des automates devenus des pièces de collection, les fondements d'autres moyens de stocker et de restituer de l'énergie (il serait préférable de parler de force motrice) pullulent dans un passé trop méconnu, peut-être même... mécaniquement et religieusement méprisé.

 

- RETOUR VERS TOUTES LES INFOS -

- D'autres infos sur ITnumeric -  - kelerepus, loisirs + techniques -

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- Eco-conjoncture, #- C'est un avis
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :