Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les ménages vont-ils dépenser plus en 2018…?  Pas sûr, 7 sur 10 redoutant des temps plus difficiles…

 

> On n'attrape pas les mouches avec du vinaigre. Chat échaudé craint l'eau froide. On n'apprend pas aux singes à faire la grimace. Etc… En matière fiscale et de pouvoir d'achat, nos concitoyens n'ont guère besoin de repères pour flairer d'instinct le vinaigre, l'eau à température insupportable et les grimaces qui se déclenchent d'elles-mêmes. En marge des discours très réconfortants sur la probable amélioration de leur capacité à dépenser, les indices d'un petit mensonge bien orchestré surgissaient de-ci de-là. Le quotidien Les Echos* met en lumière (document ci-contre) un sondage extrêmement récent et éloquent. A cette amélioration du futur, c'est "tout le monde y croit, moi non plus".  

 

Côté fiscal, l'angoisse l'emporte sur la confiance. En gros, 70% de nos concitoyens ne croient tout simplement pas aux améliorations annoncées, et les proportions de ceux qui redoutent plutôt une dégradation sont énormes. Tout cela parce que "réductions ou suppressions de prélèvements", en France, rime depuis toujours avec maints tours de passe-passe. On supprime d'un côté pour mieux reprendre de l'autre. Avec un peu d'imprudence, au moins un (plutôt une) membre de l'équipe au pouvoir a laissé transpirer, mais vite corrigé, le fait que la suppression de la taxe d'habitation s'accompagnerait de substitutions. On se disait, aussi…! Ce n'est qu'un exemple parmi beaucoup d'autres.

 

Malheureusement, des repères concrets viennent alimenter les inquiétudes. La taxation des carburants pour l'auto, comme les énergies qui entraînent l'ensemble des dépenses de chauffage, frappent les esprits. Pas de chance, la pompe s'embrase au moment où le brut a des chaleurs tarifaires. Et il y a ce qui se voit moins, mais tape dans les tirelires. L'augmentation de 11,9% du timbre de la Poste pour les courriers dits "prioritaires" n'a guère été commentée. Pas plus que la révision des bonus-malus sur l'achat des automobiles (devinez dans quel sens...), l'inévitable alibi écologiste à la clé.

 

Même le prochain passage au prélèvement à la source n'affiche pas que des aspects rassurants. Certes, alors que 57% des ménages ne sont pas imposables, l'angoisse ne peut concerner qu'une minorité. Hélas, elle se situe chez ceux qui peuvent, ou pouvaient consommer. Dès 2019, le net versé va s'effondrer. Une plaie que les seniors retraités, de plus en plus nombreux (le papy boom…), voient arriver avec frayeur, car de surcroît, la CSG est passée par là, compensée par rien. Dommage, car entre 60 et 75 à 80 ans, ces personnes avaient des moyens pour consommer. Qu'elles vont de plus apprendre à préserver. La crise à propos des EHPAD qui surgit soudain met en lumière crue une autre étape peu réjouissante. Amère cerise sur le gâteau. Car pour s'offrir le confort d'un tel établissement (dont la facture courante se chiffre entre 3 et 4000 euros mensuels), c'est le patrimoine qui risque d'y passer. Manœuvre stupide pour l'Etat, qui va voir là où il y en avait des droits de succession fondre comme neige au soleil. Un célèbre artiste chantait volontiers "Y'a d'la joie…!". Mais ça, c'était avant…

 

* Les résultats complets sont accessibles sur le site "lesechos.fr"

 

- RETOUR VERS TOUTES LES INFOS -

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- Eco-conjoncture
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :