Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les JO d'hiver commencent en Corée du Sud. Il y a pile 50 ans, Grenoble accueillait ceux qui concrétisaient l'arrivée de la télévision en couleurs....

> Si l'on mesure le chemin parcouru depuis, tant en technique électronique que sur tous les autres aspects de la vie quotidienne, force est de constater que nous ne sommes plus du tout dans la même époque. Et, en 1968, exposer à des téléspectateurs réunis face à ces premiers récepteurs SECAM ce que deviendrait la vie 18 ans après l'an 2000 se serait résumé à prendre le risque de passer pour un amateur un peu excessif de science-fiction n'ayant plus le sens de la mesure. Et même de s’entendre conseiller un cachet d'aspirine. Il serait trop long de résumer ici ce qu'était le quotidien quelques semaines avant un printemps ne s'annonçant pas encore comme particulièrement agité. Une leçon à retenir pour ceux qui nous décrivent, arrimés à leurs convictions, ce que sera la vie en 68... 2068, bien sûr...  

Cette photo, (caméra TV couleur Thomson en répétition à la patinoire olympique) qui était dans le dossier de presse de Thomson-CSF, avait été prise par notre regretté confrère photographe René Bouillot, devenu ensuite un talentueux journaliste spécialiste de la photo et de la vidéo. 

De cette époque, il subsiste, probablement intact et peut-être même amplifié, le goût du public pour le patinage artistique. Une épreuve qui avait probablement plus que les autres, notamment le ski, des qualités exceptionnelles pour permettre d'apprécier la couleur sur un écran. Les tenues très colorées des couples patinant et des spectateurs dans les gradins étaient plus en adéquation que les pistes neigeuses pour créer des images alléchantes.

En février 1968, la télévision couleur n'en était plus à son démarrage proprement dit, qui avait eu lieu à l'automne 1967. Mais ces JO, organisés seulement quatre mois après son lancement officiel, apparaissaient comme une sorte de vrai début concret. Non plus un spectacle fabriqué comme ceux du premier jour (lire ou relire ici) avec le souci d'utiliser toutes les facettes d'un nuancier sans limite, mais un vrai contenu, de l'information palpitante saupoudrée d'un réel suspens. Un événement dans l'événement donc, que des athlètes bien de chez nous ont réussi à magnifier au-delà des espérances de tous. Il n'est pas impossible que ce moment puisse être considéré comme le dernier de toute une époque. Car quelques semaines plus tard, sous le soleil câlin du mois de mai, s'amorcera très nerveusement un épisode historique de l'histoire du pays. 

Justement, les photos de ce dossier, archivé comme beaucoup d'autres par l'auteur de ces lignes, étaient en... noir et blanc. La couleur pour le plus grand nombre est ainsi arrivée plus vite par la voie de la télévision que par celle de l'imprimerie. Non qu'en 1968, la photo couleur et son impression ne fussent maîtrisées. Mais pour la presse "papier", la couleur avait pour grave inconvénient un coût relativement élevé. Sagement, les bureaux de relation presse proposaient des épreuves couleurs à ceux qui en faisaient la demande, mais glissaient des tirages en nuances de gris dans les dossiers, pour une plus grande commodité d'exploitation. Aujourd'hui, le noir et blanc n'est plus la version "low cost" de la photo, mais un style, aux charmes du reste fort appréciables et appréciés. Y.D.

- RETOUR VERS TOUTES LES INFOS - 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :