Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les choses semblent se compliquer sur le front des failles de microprocesseurs. Frissons...

 

> > > Et si l'on ne parvenait pas à corriger les défauts (il faut avoir le courage du vocabulaire) détectés sur les microprocesseurs implantés dans des millions d'appareils numériques…? C'est une question qui ne relève plus seulement de la science-fiction. En effet, depuis quelques heures, et comme une traînée de poudre, se propagent les affirmations de certains collaborateurs d'Intel, qui vont jusqu'à conseiller aux industriels de ne pas installer sur leurs produits les correctifs imaginés pour en contrer la vulnérabilité. Aïe…! En effet, des troubles du comportement (des processeurs) ont été recensés, plus pénalisants encore que les failles combattues. Nous voilà bien...!

 

De quoi s'interroger. Peut-on réellement "réparer" les composants affectés, et que pourrait-il advenir si les remèdes s'avéraient irréalisables…? Car aujourd'hui, tout le monde sait que les "devices" ne sont pas totalement verrouillés, y compris ceux qui pourraient profiter de ces trous dans les raquettes pour les exploiter d'une manière délictuelle. C'est un peu comme si des fabricants de coffres forts avaient révélé qu'il est possible d'en crocheter les serrures et qu'ils ne parviennent pas à les sécuriser d'une manière satisfaisante.  

 

Vice caché ? Si toutefois le souci reste éminemment technique, il pourrait facilement devenir juridique. Les défauts ne sont-ils pas de nature à entrer dans la définition de ce que l'on appelle légalement, au moins sur notre territoire, un vice caché, donc un défaut tel que si l'acquéreur en avait connaissance au moment de l'achat, il renoncerait à celui-ci…? Et que pourrait-il advenir si un délit à très large échelle venait à frapper des quantités colossales de consommateurs, ou des banques, ou encore des grandes entreprises avec des préjudices énormes à la clé…? A l'évidence, l'élimination d'un risque allant bien au-delà d'un ralentissement dans l'exécution d'un soft ne deviendrait plus qu'anecdotique.

 

Ultime souci : le droit de savoir… Compte tenu de ce qui a été propagé sur tous les médias de la planète, il reste une interrogation extrêmement légitime pour chaque utilisateur. Son ou ses équipements font-ils partie des appareils concernés…? Il est probable que les industriels savent répondre à cette question. Il serait même imaginable que ceux qui suivent leurs clients et disposent de tous les numéros de série préviennent ces utilisateurs de la situation de l'équipement dont ils font usage. Bêtement (?), l'auteur de ces lignes a tenté de poser la question via Siri, qui lui a répondu qu'il ne… pouvait pas répondre. Et pourtant, il semble bien me connaître, puisqu'il m'appelle même par mon prénom…! Y.D.

 

- RETOUR VERS TOUTES LES INFOS -

 

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- Télécoms, #- IT et numérique
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :