Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les consommateurs auraient-ils dépensé les milliards supposés perdus dans la piraterie.?

 

Ils en remettent une couche.! A travers les études d'un analyste reconnu, le vaste monde des contenus audio et vidéo, dont le cinéma, a découvert chiffré et sans doute horrifié ce qui est estimé comme une perte (nous préférons "manque à gagner") liée à la piraterie. Perte toutefois putative consistant à estimer que si des individus n'avaient pas trouvé le moyen de regarder une série ou un film sans bourse délier, ils seraient inévitablement passés par la caisse pour acheter le dit contenu. Supposition toute gratuite.! Car leur démarche aurait peut être davantage consisté à ne passer nulle part, ou à se contenter de regarder, quitte à s'endormir en cours de route, un gratuit réellement gratuit.

 

Petite anecdote pour mieux se rendre compte. Nous sommes en octobre, plus pour longtemps. N'ayant rien trouvé de meilleur à se mettre sous les yeux qu'une énième rediffusion entrecoupée de quelques écrans de pub d'un long métrage assez mal colorisé dans lequel de sympathiques voyous s'attaquent à la recette d'un casino de la Côte d'Azur, des consommateurs se rabattent sur ce programme en râlant : "on l'a déjà vu 100 fois. Et dire qu'on paye pour ça !" Ces cochons de payeurs seraient en revanche passés dans la catégorie pirates s'ils avaient avaient re-re-re-re-regardé ce même film via une voie buissonnière.

 

Le chiffrage évoqué ci-dessus, pour le monde entier, s'élève à 52 milliards de dollars (projection 2022). Rappelons quand même que tout abonnement à des contenus, même lorsqu'il s'agit d'accéder à une télévision réputée gratuite, revient à fournir 24 heures de programmes par jour aux abonnés. Cependant la surabondance des rediffusions altère sérieusement ce pacte qui pourrait bien être considéré comme une sorte de piraterie à l'envers. Tout client pourrait rêver de propositions garantissant une proportion minimale, garantie par écrit, de programmes originaux.

 

52 milliards de billets verts, c'est le casse non du siècle, mais du millénaire ! Il paraît que l'espoir fait vivre et que le ridicule peut tuer. Qui osera rapporter ce chiffre au nombre d'habitants de la planète terre qui n'est que de 8 milliards en éliminant ceux qui n'ont pas encore les moyens d'une connexion.?

 

- RETOUR VERS TOUTES LES INFOS -

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- Grrr...! et cartons rouges, #- TV-Radios-Medias-Net

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :