Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Image Chaîne Melody

La rediffusion couleur la plus ancienne qu'il était possible...

 

La télévision en couleur à 50 ans. C'est une réalité en France, et il aurait été dommage que personne ne songe à célébrer cet anniversaire. La chaîne Melody, dont la spécialité, fort sympathique, est de mettre en lumière des programmes à la fois "vintage" et "collectors", vient de le faire en diffusant le show de Marcel Amont, "Amont Tour", qui fut la toute première émission à être transmise en couleur sur notre territoire (1er octobre 1967). Si vous avez manqué ce petit moment d'histoire, rien n'est perdu. Il est disponible en "replay" sur ce même canal. Et il est d'autant plus intéressant que Melody n'a pas résisté à la tentation de laisser intégralement en préambule la succulente présentation par le Ministre de l'information, le directeur de l'ORTF, le directeur d'exploitation de l'office et le directeur des programmes de cette colorisation des petits écrans. Qualifiée d'exploit technique, elle revêt un caractère assez typique de l'époque, lorsque la TV était d'abord et avant tout une affaire d'Etat, sérieuse, surveillée au pixel près par l'œil souverain du pouvoir.

 

Exploit peut-être, mais dont l'équivalence américaine avait été opérée presque 10 ans plus tôt. Aux USA, la télévision avait bien failli naître directement en couleur, dès le lendemain de la seconde guerre mondiale. Ce n'est que parce que la concurrence entre firmes (et procédés) semblait bien partie pour semer une jolie pagaille négative pour le public qu'une étape par le noir et blanc avait été imposée avant le démarrage du NTSC (National Television System Committee), duquel était d'ailleurs quelque peu dérivé le PAL, que l'Allemagne a lancé également en 1967.

 

Dans leur présentation, les quatre trop sérieux responsables n'avaient pas manqué de délivrer au moins deux messages à qui voudrait bien les recevoir. D'une part au public, en "regrettant" que ces premières émissions en couleur ne seraient vues que par un nombre infinitésimal de spectateurs. D'autre part aux professionnels, en faisant une allusion à peine voilée aux futures migraines que subiraient bien des techniciens aux prises avec la fiabilité des récepteurs, et aux dispositions qu'il faudrait prendre par les revendeurs pour ne pas trop décevoir les clients défricheurs. Allusion qui ne fait qu'effleurer le chapitre de convergences n'ayant rien à voir avec celles du numérique. Celle que l'on ajuste déséquilibre sa voisine, et Elvis est de Versailles, selon l'expression familière. Le public attentif, heureusement peu nombreux, a même pu s'interroger en entendant le responsable de l'exploitation indiquant que pour ne pas dérégler les récepteurs, il ne faudrait bien sûr pas les déplacer.

 

Le show de Marcel Amont est en lui-même un petit morceau de friandise télévisuelle signé Jean-Christophe Averty. Un peu frisquet d'ambiance, par rapport aux programmes des "temps modernes", il souligne le penchant de son réalisateur pour l'élaboration d'images que le spectateur déguste avec un plaisir certainement similaire à celui pris à les construire. Il n'y a pas un truc, il y en a une petite collection dans chaque séquence ! A quoi servent les équipements de production ? A s'en servir !

 

- RETOUR VERS TOUTES LES INFOS -

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- TV-Radios-Medias-Net, #- Téléviseurs-écrans-vidéo

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :