Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Selon les vendeurs, c'est l'arme est absolue. Selon la police, l'effet serait plutôt illusoire...

 

La sécurité connectée est l'une des filières majeures des ventes d'objets connectés. Et de fait, les ménages en achètent de plus en plus, de même que des services que proposent notamment banques et compagnies d'assurances. En 2016, ce créneau était en forte progression. Pour les seuls objets, les clients avaient dépensé 56 millions d'euros, CA en croissance de 50% en un an (GfK). 34% des ventes étaient celles dédiées aux netcams, elles mêmes en progression de 24%. Et il serait très étonnant de ne pas observer une nouvelle pousse pour 2017.

 

Un cruel "oui, mais" des principaux acteurs pourrait cependant nettement refroidir les ardeurs acheteuses des chalands. Suite à des interrogations répétées d'une part de services de police en action sur le terrain, de brigades de police scientifique, et d'experts auprès de compagnies d'assurances, une sorte de refrain très inconfortable apparaît, se résumant à une formule :"rien ne peut vous empêcher d'être cambriolé". Ce qu'ont aussi dû se dire des spectateurs ayant vu des reportages de ménages pourtant dotés de protections et de services en ligne déplorant des effractions destructrices accompagnées de vols conséquents.

 

Les cambrioleurs ont en effet assimilé quelques principes fondamentaux et en tiennent compte dans leurs méfaits. Le premier d'entre eux est le temps quasi incompressible des interventions des forces de l'ordre. Hors circonstances exceptionnelles, les 2 à 8 minutes que durent en moyenne les cambriolages laissent assez de temps aux voleurs pour, vite et au prix d'une mise à sac des tiroirs, étagères, armoires et même frigos, prendre et emporter leur butin. Les sirènes et autres dispositifs perturbateurs ne les gêne pas beaucoup, voire pas du tout. Et leur surveillance rigoureuse du temps qui passe (souvent, un intervenant ne fait que contrôler ce facteur avant de donner un signal de départ impératif) permet un départ excluant le moindre problème.

 

Seule angoisse de ces voleurs, le risque d'être reconnus. "Si on a leur visage, cela permettra à terme de les identifier, le repérage minutieux des objets volables* que possèdent les personnes cambriolées donnant des chances d'une meilleure identification des voleurs", indique un officier de police d'un département d'Ile de France. Et s'ajoute un élément capital, qui est davantage du ressort des choix de société que de tout autre : "ils ne risquent pas grand chose, même arrêtés, les voleurs ne seront le plus souvent même pas maintenus en détention, ne serait-ce qu'en raison de la saturation de certains tribunaux, et du manque de places bien connu dans les maisons d'arrêt.

 

Ne pas baisser les bras et multiplier les caméras restent malgré tout des priorités. Si ces capteurs d'images connectés n'empêchent pas les vols, leur multiplication crée tout de même un handicap lors de toute effraction. Une netcam, c'est bien, plusieurs, difficiles d'accès (donc difficilement neutralisables) c'est mieux. "Il existe même des horloges numériques intégrant des netcams" confie un intervenant de la police scientifique, un excellent outil qui, souci du temps qui passe aidant, a de bonnes chances de capturer le portrait d'un voleur, même au chef bien capuché, jetant un regard sur les minutes qui défilent.  Et s'il se fait prendre, il ne l'aura pas volé.!

*Photos, numéros de séries, factures...

 

- RETOUR VERS TOUTES LES INFOS -

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- Repères et chiffres, #- C'est un avis

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :