Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les saisons passent et, comme si rien n'arrêtait le terrible mécanisme, des attentats continuent de semer l'horreur et d'inquiéter : à qui le tour, et quand ?

L'édito, par Yves Dupré.

 

A chaque drame, se distille une suite de discours apitoyés, de grandes phrases prononcées par des "hauts responsables" qui, au fil des événements, sonnent de plus en plus creux. Quand arrive le moment d'expliquer pourquoi à Londres, Barcelone ou ailleurs, les terroristes ont réussi un carnage, surgissent aussi les inévitables remarques argumentées soulignant que, parait-il, beaucoup d'autres ont ou auraient été évités. Une manière sans doute inconsciente mais plutôt cruelle de remuer le couteau dans la plaie de ceux qui ont perdu des proches dans l'un de ces drames, ou d'autres qui sont, parfois définitivement, diminués par des blessures et des séquelles irréparables.

"Tout est fait pour tenter d'éviter etc." serine-t-on à longueur de talk-shows. Rengaine, et surtout, preuve que non. Mais il est vrai que l'on flirte avec l'impossible. Certes, sur les Ramblas, c'est un peu le scénario de Nice qui s'est reproduit. Faute de plots implantés aux bons endroits… Mais peut-on mettre des plots partout, de la moindre place de village jusqu'à tous les trottoirs ? Et même si cela était fait, il resterait, une fois ces obstacles installés, une infinité de lieux, centres commerciaux compris, où des esprits gravement dérangés peuvent imaginer des enchaînements catastrophiques. 

Les zones où le commerce sous toutes ses formes est présent, générateur de foule, restent des cibles forcément hautement exposées. Leur protection totale et absolue confine au fantasme. Alors, que faire ?

Esprits dérangés ? Sans doute. Quelle que soit la raison profonde d'un motif de mécontentement ou plus encore, le recours à cette manière de détruire des gens, badauds, promeneurs, clients, spectateurs... qui ne peuvent rien changer de ce que les agresseurs dénoncent, et qui ne sont coupables d'aucune faute, repose, qu'on le veuille ou non, sur l'exploitation monstrueuse d'individus ayant perdu leurs repères, de leur propres défaillances, ou sous des influences criminelles. C'est à la source de ce venin inhumain qu'il faudra éradiquer le mal qui pourrait, pour l'heure, encore provoquer bien des désastres. Sans cela, que les étés seraient beaux. Oui mais…

 

RETOUR VERS TOUTES LES INFOS  

Tag(s) : #- Edito par Yves Dupré

Partager cet article

Repost 0