Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un géant, mais avec un concept dont l'avenir montrera s'il est bien dans l'air du temps à la française.

 

On jouait à se faire peur. Mais ça, c'était avant. Ce syndrome anxiogène s'est largement estompé. La distribution n'en est plus à paniquer à la vue de redoutables concurrents venus d'ailleurs. Les destructeurs sans pitié, aux origines lointaines, que l'on imaginait jadis bouleversant tous les acquis ne hantent plus les cauchemars des responsables d'enseignes ou des gestionnaires de centres commerciaux. Dès le numéro de mars 2013 de DVSM Ligne & Papier, à lire ou relire ici, nous évoquions avec prudence l'arrivée de ce mastodonte américain. Il devait atterrir dans une zone où, comme cela se dit en langage familier, "il y avait déjà du monde". Proche de Lagny-sur-Marne et de Val d'Europe, l'implantation prévue a permis à ces conquérants de mesurer la complexité propre à notre sol pour toute installation commerciale. D'où le changement de terrain d'atterrissage.

Une offre maasive mais courte, pour grand public et B2B à la fois...

Et finalement, l'ouverture a eu lieu, relayée par les médias, avec le lot habituel de superlatifs, et la satisfaction largement affichée des responsables. Comment en serait-il autrement ? Il y a eu du monde pour le premier jour, mais l'organisation d'une ouverture très peuplée est un exercice classique, pour lequel il n'est même plus nécessaire de solliciter comme il y a 30 ans l'apparition d'une vedette de la chanson, de la radio ou du petit écran. Une bonne campagne avec force promotions d'ouverture suffit. Le plus difficile reste à faire.

Le concept spécifique de Costco, qui fonctionne bien en Amérique du Nord où les consommateurs sont depuis longtemps familiarisés avec les "warehouses", aura tout à enseigner à la clientèle. Un travail long et complexe, pour lequel il faudra au minimum du temps. Tout en sachant improviser face aux répliques que ne manqueront pas de lancer les enseignes bien implantées sur notre sol. Et chacun le sait dans cette activité, les transferts vers l'étranger sont rarement des succès. Carrefour et Auchan on dû battre en retraite outre-Atlantique, la FNAC avait essuyé un échec à Berlin, Darty s'est largement replié dans plusieurs pays d'Europe, HyperMedia reconverti en Saturn a fini par jeter l'éponge en France, etc. Et même si les quelques implantations prévues dans l'Hexagone, qui se comptent sur les doigts de presque deux mains, se réalisent, cela ne se fera que d'ici une petite décennie. Comme on le dit familièrement au comptoir du Café du Commerce : "on a le temps d'en reparler".

RETOUR VERS TOUTES LES INFOS

Tag(s) : #L'info en temps réel, #- TOUT LE COMMERCE

Partager cet article

Repost 0